Papa, dis moi …

Papa, dis-moi pourquoi les girafes ont-elles des cornes ?

Tout d’abord, les “cornes” des girafes ne sont pas véritablement de vrais cornes. Ce sont des os recouverts de peau et terminés par une touffe de poils. Ces os sont appelés des ossicônes que l’on retrouve aussi chez les okapis. En général, les girafes ont deux ossicônes. Mais certaines mâles peuvent avoir une troisième bosse sur le front : il ne s’agit pas cette fois-ci d’un os mais d’un dépôt de calcium qui finit de donner l’impression d’une corne. Par contre, les touffes de poils disparaissent rapidement chez les mâles. Mais pourquoi uniquement chez les mâles ? En fait, les mâles se battent en se lancant de grands coups de tête dans la gorge, comme s’il s’agissait d’un bélier ou d’une masse d’armes, mais les ossicônes ne leur servent pas particulièrement dans ces combats. Par contre, les poils tombent rapidement après quelques combats.

Cous croisés de girafes, dans la réserve animalière de Madikwe, en Afrique du Sud

Ces ossicônes ont même fait pensé à un paratonnerre à une époque. En fait, les ossicônes étant des os avec de la chair et du sang, ces derniers ne sont pas des bons conducteurs. On en déduit donc que ces ossicônes n’en font pas de bons paratonnerres. En fait, la fonction primaire de ces ossicônes n’est pas trés claire. Ces “cornes” permettent aux girafes pour se reconnaitre dans les troupeaux, comme le font les antilopes avec les cornes. Cette reconnaissance visuelle est renforcée par la présence de glandes qui répandent une odeur et qui sont situées à la base des ossicônes. Ces odeurs sont déposées dans les branches qui composent sa nourriture par le contact des ossicônes avec les branches. L’odeur laissée indique à ces congénères que telle girafe est passée par là.

Source : Wikimedia Commons


Papa, dis-moi pourquoi Big Ben s'appelle comme ça ?

Big Ben, tu connais ? Mais si la tour horloge au centre de Londres, accôté au palais de Westminster où siège le Parlement britannique. Techniquement, Big Ben était à l’origine le surnom de la grande cloche qui se trouve au sommet de la tour Élisabeth. Cette tour s’appelait auparavant tour de l’Horloge. En 2012, pour célèbrer le jubilé de diamant de la reine Elisabeth II, la tour fût renommé en son honneur. Couramment, Big Ben est employé pour parler de l’horloge et de la tour dans son ensemble.

Palais de Westminster et la tour Élisabeth

Au départ, la cloche s’appelait “The Great Bell”. Mais d’où vient Big Ben ? On est pas sûr mais une des hypothèses les plus connues semble assez logique. Le nom viendrait de la personne qui a ordonné la fonte de la cloche, un ingénieur civil du nom de Benjamin Hall. Cet homme était trés grand (big en anglais) et on le surnommait Ben. Une autre hypothèse viendrait du nom de Ben Caunt, un boxeur poids lourds qui devint célèbre dans les années 1850 après avoir combattu à poings nus contre Nat Langham, après plus de soixante rounds. La première hypothèse semble la plus probante d’autant que son patronyme est gravé sur la surface de la cloche.

Pour informations, voici quelques chiffres :

  • la cloche pèse 14 tonnes et a un diamètre de 7 mètres ;
  • la tour est haute de 96 mètres, et l’escalier en spirale à 334 marches ;
  • les aiguilles mesurent respectivement 2,7 et 4,3 mètres.

Source : Wikimedia Commons


Papa, dis-moi c'est quoi Internet ?

Internet, tu en entends régulièrement parler que ce soit à la télévision, à la radio ou dans les journaux. Tu peux entendre parler de sites web, d’applications, de connexions et de réseau Internet. Mais au final, c’est quoi Internet ? C’est un réseau informatique mondial accessible au public. Ce n’est toujours pas clair. Un réseau informatique, c’est un ensemble d’ordinateurs, de téléphones, de tablettes, de télévisions, de réfrigérateurs, qui sont connectées les uns aux autres par des câbles ou la Wifi. Ainsi, quand tu regardes ce site, tu es sûrement sur un ordinateur ou un téléphone. Celui-ci est relié au réseau Internet par la box Internet du fournisseur d’accès Internet de tes parents soit via un câble, ou sans fil via la technologie Wifi. De la box Internet, un câble en cuivre ou en fibre optique rejoint le matériel du fournisseur d’accès à Internet pour se connecter au reste du monde. Car ce réseau est mondial : tu peux échanger avec ton copain en Argentine, ou ta tante en Australie et même un instituteur en Antarctique.

Carte géographique d’ARPANET/MILNET en Avril 1984

Mais pourquoi accessible au public ? Il faut savoir qu’Internet est le descendant d’ARPANET, créé en 1966, aux U.S.A. par la DARPA qui est une branche orientée recherche de l’armée américaine. En quelques années, ce petit réseau fût rejoint par d’autres chercheurs, puis fût connecté aux universités américaines. Petit à petit, l’ARPA perd la main sur le réseau qu’il a créé initialement. D’autres chercheurs du monde continuent à se connecter au réseau. En 1983, ARPANET se détache du réseau qui devient InterNet pour “INTERnational NETwork”. Dans la fin des années 1980 et au début des années 1990, l’accès Internet s’ouvre au public via la possibilité d’acheter une connexion auprès d’un fournisseur d’accès à Internet. Et là, c’est l’explosition, Internet augmente sans cesse :

  • 4 ordinateurs en 1969 ;
  • 213 en 1981 ;
  • 28 000 en 1987 ;
  • 617 000 en 1991 ;
  • 12 000 000 en 1996 ;
  • 95 000 000 en 2000 ;
  • 730 000 000 en 2010 ;
  • 1 012 000 000 en 2019.

On peut voir l’évolution fulgurante du nombre de machines sur Internet : cela s’explique qu’auparavant, uniquement les ordinateurs se connectaient à Internet et que désormais, de nombreuses machines se connectent à Internet : ordinateurs, smartphones, tablettes, mais aussi d’autres objets du quotidien : voitures, réfrigérateurs, etc…

Source : Wikimedia Commons


Papa, dis-moi c'est quoi la migration des oiseaux ?

Quand on parle de migration des oiseaux, on imagine tout de suite les oiseaux en V volant vers le Sud. Et c’est exactement ça : la migration des oiseaux se fait deux fois par an : une fois vers le Sud au début de l’automne, et une fois vers le Nord au courant du printemps. Alors évidemment, cela ne s’applique pas à tous les oiseaux mais seulement aux oiseaux dits migrateurs. Les autres sont dits sédentaires car ils restent toute l’année sur le même territoire. Les raisons principales de la migration des oiseaux est le manque de nourriture, les conditions météorologiques et la diminution des longueurs des journées. Tandis que les oiseaux sédentaires adaptent leur nourriture tout au long de l’année sur leur territoire, les oiseaux migrateurs sont près à faire plus de 10000 kilomètres comme les hirondelles pour atteindre leur zone d’hivernage.

Oiseaux au repos dans les prairies inondées

Mais voyager se prépare : les oiseaux font des réserves de graisse et de muscle, certains vont aller jusqu’à doubler le poids. Cette période de préparation dure environ deux semaines et s’appelle la phase d’agitation. Puis le voyage commence : beaucoup de facteurs influent sur leur voyage comme le vent, la température et les dangers. Par exemple, certains volent la nuit pour ne pas se faire attraper par un prédateur et d’autres, c’est l’inverse. C’est pour cela que durant la migration, le taux de mortalité chez les oiseaux est le plus élevé. Entre les prédateurs et la météo capricieuse, un autre facteur rentre en jeu : l’homme. Celui a créé de nombreux obstacles sur les routes migratoires : fils électriques, pollution, déchets en mer, véhicules, animaux domestiques qui deviennent des prédateurs, chasseurs qui dépeuplent les espèces pour le plaisir. Tout cela n’empêche pas une certaine partie des oiseaux partis initialement d’atteindre le Sud, c’est-à-dire la zone du Maghreb au Sahara voire jusqu’à l’extrême Sud, et y restent jusqu’au printemps pour tout recommencer dans l’autre sens.

Source : Wikimedia Commons


Papa, dis-moi pourquoi Saturne s'appelle comme ça ?

La question se pose pour Saturne mais devrait aussi se poser pour toutes les planètes de notre système solaire. On va essayer d’y répondre en commencant par le centre du système solaire : le Soleil. Comme beaucoup de noms de planètes et d’astres, ces noms proviennent de l’époque romaine, et donc de la langue parlée à l’époque : le latin. Le Soleil ayant une place importante, il est devenu pour les Romains une divinité d’où son nom latin : “sol, solis” qui voulait dire l’astre ou la divinité.

Les autres noms de planètes viennent aussi de la mythologie romaine, et ont été nommé vis à vis de leurs mouvements et apparences. Prenons l’exemple de Vénus : vu qu’elle apparait brillante, elle a été associé à la déeesse romaine de la beauté. Continuons avec Mars, celle ci apparaissant en rouge, c’est-à-dire la couleur du sang versé au combat, elle a été associé au dieu romain de la guerre. Pour Mercure, son nom est dû à la rapidité de la vitesse de la révolution autour du Soleil et c’est pourquoi elle a été associé au dieu des voyageurs et messager des dieux de l’Olympe. Jupiter a été associée au roi des dieux romains en raison du fait qu’elle brille et qu’elle se déplace lentement et de manière majestueuse. Saturne, du fait qu’elle brille moins que Jupiter et met plus de temps à tourner autour du Soleil, a été nommé du dieu déchu de l’Olympe. Selon la mythologie, ce dieu, à l’âge d’or où les hommes et les dieux vivaient ensemble, guidait les hommes et leur apprenait à utiliser les outils nécessaires au travail de la terre. Il fût détroné par son propre fils Jupiter et fût chassé de l’Olympe. Pour les deux dernières planète du système solaire, Uranus et Neptune, elles n’ont été découvertes qu’après l’invention du téléscope (1781 pour Uranus et 1846 pour Neptune). Mais pour suivre la tradition des noms de la mythologie romaine, deux noms de dieux ont été utilisés :

  • Uranus, dieu du ciel et père de Saturne ;
  • Neptune, dieu des mers.

Evidemment, il reste le cas de Pluton qui, découverte en 1930, fut classé comme planète jusqu’en 2006 où elle fût classé en planète naine. Son nom vient du dieu romain du royaume des morts, dans la lignée des autres planètes, mais faut aussi référence de par son initiale à Percival Cowell, à l’origine des recherches qui ont mené à la découverte de celle-ci. Pour la petite histoire, ce nom fût suggéré par une fille d’Oxford Venetia Burney qui trouva approprié d’associer le dieu du monde souterrain à une planète obscure et glacée.

Comparaison des tailles des planètes du système Solaire

Source : Wikimedia Commons

Page 1 sur 33 123102030Dernière page »