Papa, dis moi …

Papa, dis-moi c'est quoi la migration des oiseaux ?

Quand on parle de migration des oiseaux, on imagine tout de suite les oiseaux en V volant vers le Sud. Et c’est exactement ça : la migration des oiseaux se fait deux fois par an : une fois vers le Sud au début de l’automne, et une fois vers le Nord au courant du printemps. Alors évidemment, cela ne s’applique pas à tous les oiseaux mais seulement aux oiseaux dits migrateurs. Les autres sont dits sédentaires car ils restent toute l’année sur le même territoire. Les raisons principales de la migration des oiseaux est le manque de nourriture, les conditions météorologiques et la diminution des longueurs des journées. Tandis que les oiseaux sédentaires adaptent leur nourriture tout au long de l’année sur leur territoire, les oiseaux migrateurs sont près à faire plus de 10000 kilomètres comme les hirondelles pour atteindre leur zone d’hivernage.

Oiseaux au repos dans les prairies inondées

Mais voyager se prépare : les oiseaux font des réserves de graisse et de muscle, certains vont aller jusqu’à doubler le poids. Cette période de préparation dure environ deux semaines et s’appelle la phase d’agitation. Puis le voyage commence : beaucoup de facteurs influent sur leur voyage comme le vent, la température et les dangers. Par exemple, certains volent la nuit pour ne pas se faire attraper par un prédateur et d’autres, c’est l’inverse. C’est pour cela que durant la migration, le taux de mortalité chez les oiseaux est le plus élevé. Entre les prédateurs et la météo capricieuse, un autre facteur rentre en jeu : l’homme. Celui a créé de nombreux obstacles sur les routes migratoires : fils électriques, pollution, déchets en mer, véhicules, animaux domestiques qui deviennent des prédateurs, chasseurs qui dépeuplent les espèces pour le plaisir. Tout cela n’empêche pas une certaine partie des oiseaux partis initialement d’atteindre le Sud, c’est-à-dire la zone du Maghreb au Sahara voire jusqu’à l’extrême Sud, et y restent jusqu’au printemps pour tout recommencer dans l’autre sens.

Source : Wikimedia Commons


Papa, dis-moi pourquoi Saturne s'appelle comme ça ?

La question se pose pour Saturne mais devrait aussi se poser pour toutes les planètes de notre système solaire. On va essayer d’y répondre en commencant par le centre du système solaire : le Soleil. Comme beaucoup de noms de planètes et d’astres, ces noms proviennent de l’époque romaine, et donc de la langue parlée à l’époque : le latin. Le Soleil ayant une place importante, il est devenu pour les Romains une divinité d’où son nom latin : “sol, solis” qui voulait dire l’astre ou la divinité.

Les autres noms de planètes viennent aussi de la mythologie romaine, et ont été nommé vis à vis de leurs mouvements et apparences. Prenons l’exemple de Vénus : vu qu’elle apparait brillante, elle a été associé à la déeesse romaine de la beauté. Continuons avec Mars, celle ci apparaissant en rouge, c’est-à-dire la couleur du sang versé au combat, elle a été associé au dieu romain de la guerre. Pour Mercure, son nom est dû à la rapidité de la vitesse de la révolution autour du Soleil et c’est pourquoi elle a été associé au dieu des voyageurs et messager des dieux de l’Olympe. Jupiter a été associée au roi des dieux romains en raison du fait qu’elle brille et qu’elle se déplace lentement et de manière majestueuse. Saturne, du fait qu’elle brille moins que Jupiter et met plus de temps à tourner autour du Soleil, a été nommé du dieu déchu de l’Olympe. Selon la mythologie, ce dieu, à l’âge d’or où les hommes et les dieux vivaient ensemble, guidait les hommes et leur apprenait à utiliser les outils nécessaires au travail de la terre. Il fût détroné par son propre fils Jupiter et fût chassé de l’Olympe. Pour les deux dernières planète du système solaire, Uranus et Neptune, elles n’ont été découvertes qu’après l’invention du téléscope (1781 pour Uranus et 1846 pour Neptune). Mais pour suivre la tradition des noms de la mythologie romaine, deux noms de dieux ont été utilisés :

  • Uranus, dieu du ciel et père de Saturne ;
  • Neptune, dieu des mers.

Evidemment, il reste le cas de Pluton qui, découverte en 1930, fut classé comme planète jusqu’en 2006 où elle fût classé en planète naine. Son nom vient du dieu romain du royaume des morts, dans la lignée des autres planètes, mais faut aussi référence de par son initiale à Percival Cowell, à l’origine des recherches qui ont mené à la découverte de celle-ci. Pour la petite histoire, ce nom fût suggéré par une fille d’Oxford Venetia Burney qui trouva approprié d’associer le dieu du monde souterrain à une planète obscure et glacée.

Comparaison des tailles des planètes du système Solaire

Source : Wikimedia Commons


Papa, dis-moi pourquoi les taxis américains sont jaunes ?

New York, aux Etats-Unis, est célèbre pour ces taxis jaunes qui traversent la ville de long en large toute la journée. Ces taxis sont aussi appelés “Yellow Cabs”. Cela vient du nom de la société qui les gère : la “Yellow Cab Company” fondée en 1915. Le fondateur de la société John Hertz avait lu dans l’étude de l’Université de Chicago que la couleur jaune était un des plus visibles. Pour que ces taxis soient reconnaissables de loin, il décida d’utiliser cette couleur. Un petit détail pose problème : l’étude n’a jamais existé, personne ne l’a jamais retrouvé dans les archives de l’Université. On suppose que la domination des taxis jaunes repose plus sur le succès des taxis.

Pour la petite histoire, John Hertz a quitté en 1929 la Yellow Cab Company pour lancer l’entreprise de location de voitures qui porte son nom. La couleur jaune fait, depuis le début, partie du logo et y est toujours incorporé.

Taxi de la Yellow Cab Company de Chicago

Dans les taxis célèbres, il y aussi les taxis londoniens. Ils sont appelés les “Black Cabs”. Tous les taxis de Londres sont fournis par le carrossier Carbodies et sont connus par leurs lignes inimitables. Mais pourquoi le noir ? La couleur a été choisie pour un motif économique. En fait, Carbodies demandait un supplément assez dissuasif pour toute autre couleur que le noir. A tel point que cette couleur s’est imposée jusqu’à devenir une tradition quasi intangible.

On peut continuer avec n’importe quel pays :

  • pour Madrid en Espagne, les taxis sont blancs avec une barre latérale et diagonale de couleur rouge, choisi par le maire de Madrid ;
  • pour Mexico City au Mexique, ils sont verts et blancs ;
  • pour l’Indonésie, ils sont bleus ciel ;
  • pour l’Allemagne, ils sont crème ;
  • pour les Emirats Arabes Unis, les taxis roses “Pink Taxies” ont pour spécificité d’être conduits par des femmes (et de n’accepter que des enfants et des femmes, et jamais des hommes seuls) ;
  • pour le Maroc, il y a deux couleurs : le rouge, pour 3 passagers maximum et le blanc pour 6 passagers maximum.

Tant de pays et tant de couleurs !

Source : Wikimedia Commons


Papa, dis-moi c'est quoi le coronavirus ?

Le coronavirus ou la COVID est une maladie qui depuis plus d’un an est entré dans notre vie de tous les jours. Entre les confinements, couvre-feu et autres restrictions tels que le masque, tu as dû t’en rendre compte.

Mais finalement, c’est quoi le coronavirus ?

C’est un virus trés contagieux, c’est-à-dire qu’il se transmet trés facilement, qui circule dans le monde entier. Vu que c’est un microbe, un peu comme la grippe ou la gastro-entérite, il est invisible à l’oeil nu. On peut l’attraper quand quelqu’un qui est malade éternue ou tousse à côté de toi sans se mettre la main devant la bouche. Mais on peut aussi l’attraper par contact, c’est-à-dire que si quelqu’un d’infecté touche un objet, que tu y touches après, et que tu te frottes les yeux, la bouche ou le nez, tu risques d’attraper la maladie. Quand on est malade, les symptômes sont les suivants : tu tousses ou éternues, tu as de la fièvre, tu es fatigué, et plus grave, tu peux avoir de gros problèmes de respiration. Alors dans la plupart des cas, les personnes malades guérissent en quelques jours avec beaucoup de repos et des médicaments le temps que les défenses immunitaires se mettent en place. Malheureusement, certaines personnes ont des défenses moindres : par exemple, les personnes agées ou les personnes avec certaines maladies. Ces personnes sont considérées comme fragiles. Dans certains cas, si ces personnes sont malades, cela peut entraîner une hospitalisation, voire pire.

Vue microscopique du virus qui entraîne la maladie du Coronavirus

Pour éviter de l’avoir, il y a des gestes barrières, dans le sens où elles permettent d’empêcher le virus d’aller d’une personne à une autre. Ces petits gestes sont là pour faire disparaître le virus et protéger les personnes fragiles. Je vais t’expliquer ces gestes :

  • Si tu éternues, fais le dans ton coude ou dans un mouchoir que tu jetteras juste après ;
  • Evite de toucher ta bouche, tes yeux et ton nez qui sont les portes d’entrée de la maladie ;
  • Evite de faire des bisous ou des câlins aux personnes qui ne vivent pas dans ta maison ;
  • Ecarte-toi de tes copains d’environ un mètre pour que si ils éternuent, la maladie ne vienne pas jusqu’à toi ;
  • Lave-toi les mains très régulièrement, et assez longtemps, surtout dès que tu as été en contact avec des corps étrangers.
  • Porte un masque, cela arrêtera la maladie de rentrer par ta bouche ou ton nez.

Grâce à ces gestes, ceux-ci vont aider à faire disparaitre le coronavirus.

Source : Wikimedia Commons


Papa, dis-moi pourquoi les orties piquent ?

Quand on rencontre une ortie, le premier contact est disons assez piquant. On en ressort avec des démangeaisons, alors que si on avait rencontré une paquerette, cela n’aurait pas été le cas. Pourquoi ? Revenons sur cette rencontre. A peine l’effleurement fait entre notre peau et la tige ou les feuilles de l’ortie que des cloques rouges apparaissent. Pour la couleur des cloques, cela est dû au fait que le sang arrive dans la cloque.

Si on regarde d’un peu plus près l’ortie, celle-ci est entièrement recouverte de petits poils. Ces poils sont là pour protéger la plante. Chacun de ces poils se finit par une pointe en silice qui permet au dard de se planter comme une aiguille dans la peau. Chaque pointe en silice est coiffée d’une ampoule contenant un liquide urticant qui se brise comme du verre au moindre frottement. Ce liquide est composé principalement de deux composants :

  • l’acide formique, que l’on retrouve aussi dans le dard des abeilles et dans celui d’autres insectes, comme les fourmis (d’où le nom “acide formique”) ;
  • l’histamine qui cause les rougeurs, sensations de brûlure et autres sensations de démangeaisons.

Malgré le côté urticant de l’ortie, cette plante a aussi de nombreux côtés car c’est une source importante de vitamines. Les hommes et de nombreux animaux s’en servent de nourriture. On peut aussi l’utiliser comme engrais car elle est riche en sels minéraux et oligoéléments, ou dans le textile car elle est composée de longues fibres, mais aussi comme plante médicinale car elle est riche en fer, calcium, magnésium, potassium et phosphore. La technique pour la cueillir sans rien risquer est de pincer la tige de l’ortie (pour la plupart d’entre elles) à base et de tirer fermement. Mais bon pour éviter toutes démangeaisons, on vous recommande une paire de gants.

Papa, dis-moi pourquoi les orties piquent

Source : Wikimedia Commons

Page 1 sur 32 123102030Dernière page »