Papa, dis moi…

Papa, dis-moi, pourquoi y a-t-il des trous dans le pain ?

Parce qu’une souris est passée et elle a une grosse faim, donc elle s’est servie. Comme à mon habitude, je te taquine. Les trous que tu voies dans la mie de pain sont des bulles de gaz qui sont restées emprisonnées lorsque le boulanger a cuit la pâte à pain. Il faut savoir que le pain est composé de farine de blé, d’eau, de sel et de levure qui est utile pour faire monter la pâte. On ajoute quelques fois des additifs. La levure que l’on utilise pour faire lever le pain est en fait un champignon composé d’une seule cellule : le Saccharomyces cerevisiae.
La fabrication du pain se compose de plusieurs étapes. Il y a d’abord la panification qui consiste au mélange des divers ingrédients : farine, eau et levure. Ce mélange permet de lier les protéines les unes avec les autres afin d’avoir un réseau moléculaire élastique. C’est pour cela que la pâte à pain est extensible et colle aux dents. Petit à petit, au fur et à mesure du pétrissage, de l’air est emprisonné dans la pâte. Ce sont les levures qui consommeront une partie de cet air pour générer un gaz : le dioxyde de carbone. On dit que le pain respire. L’eau est là pour activer des enzymes producteurs de glucides fermentiscibles. Après la panification, il y a le pétrissage. On stocke la pâte ainsi mélangée dans une cuve à pétrain à une température précise de 27°C. On dit que la pâte repose. En fait, à l’intérieur de celle-ci, cela s’active beaucoup. Les levures produisent une réaction de fermentation alcoolique, quand il n’y a plus d’air disponible. Cette réaction produit aussi un gaz qui fait monter la pâte et permet ainsi à celle-ci de doubler ou tripler de volume. Le boulanger intervient à ce moment en divisant cette pâte en bâtons pour faire des baguettes, ou en boules pour faire des boules de pain. Après cette mise en forme, il reste au boulanger à chauffer le pain au four à 230°C pendant environ 20 minutes. Dés lors, la chaleur accélère la fermentation. Le boulanger passe ensuite la températeur à 60°C. Quand il n’y a plus d’eau et d’enzymes, la fermentation s’arrête. Plus aucune réaction n’a lieu. Le pain va alors se solidifier : le gaz se dilate sous l’effet de la chaleur et l’amidon du pain se solidifie. Cette partie s’appelle l’empesage. Et voilà, le pain est prêt.

Pain avec des trous

Après toutes ces explications, je vais clarifier : la levure du pain se nourrit d’air et génére du gaz ; l’eau active des enzymes ; quand la pâte se repose, et qu’il n’y a plus d’air, la levure continue à produire des gazs ; quand la pâte est mise au four, les gazs vont se dilater et prend plus de place ; quand la température du four est baissé, le pain va commencer à se solidifier et les poches de gazs vont rester pour former des trous à la découpe du pain.

Source : Wikimedia Commons

Laisser un commentaire

Commentaire :