Papa, dis moi…

Papa, dis-moi, où vont les escargots en hiver ?

Pour moi, ils doivent quitter leurs coquilles pour trouver de beaux endroits tout chaud… En fait, ce n’est pas du tout cela. Il faut savoir que les escargots vivent de courtes périodes d’activité mais intensément. Pendant ces périodes, ils constituent leurs réserves et cela leur permet d’avoir une vie au ralenti qui dure beaucoup plus longtemps. Ces périodes d’activité et de repos relativement fréquentes lui permettent de vivre assez longtemps. Pour un escargot, ou un cagouille en Charente, l’hiver est une période de long repos et, par conséquent, de temps où l’escargot ne mange pas. Il doit donc arriver à cette période en ayant accumulé un maximum de réserve, car cette période de jeûne peut durer de 4 à 6 mois. En gros, l’escargot va commencer à hiberner dès que la température arrive sous les 12 à 15°C. Avant cela, il commence par creuser une petite cavité dans la terre, il s’y retourne et ensuite, il va obturer sa coquille par un opercule à base de bave. A partir de là, sa consommation en oxygène va baisser, suivi de toutes ces fonctions vitales dont les battements du cœur qui vont passer de 100 par minute en été à 1 par minute sous les 0°C. D’autres animaux de cette taille utilisent l’enfouissement lors de l’hibernation : lombric, grenouille, couleuvre, etc. Mais dès la belle saison, tout le corps redevient actif dès que la chaleur remonte.
Je vais en profiter pour te donner d’autres informations sur les escargots : on appelle la culture d’escargots, l’héliciculture. Les escargots sont des hermaphrodites imparfaits, c’est-à-dire qu’ils ont les deux sexes mais ne peut s’autoféconder et ont donc besoin d’un partenaire pour pouvoir procréer. Il existe environ 2 millions d’espèces connus, et on estime à 3 millions le nombre d’espèces non répertoriées.

Escargot

Source : Wikimedia Commons

Commentaires

1. Lionel Mignot, le 26 novembre 2017 à 23:20

Bonjour,
C’est instructif ! Bravo et merci.
Pour info, en Charente et Charente maritime ( et d’autre départements, me semble-t’il ) on dit UNE cagouille.
Bien Cordialement,
Lionel, enfant d’une lignée de charentais maritimes, depuis la nuit des temps. Bon ok, faute de documents d’état-civil « avant’, la trace de notre famille ( les Métais ) ne commence » qu’en 1670… Mais promis juré, as’t’heure je pouvant vous asserténer qu’on disant bin « une cagouille » :o)

Laisser un commentaire

Commentaire :