Papa, dis moi…

Catégorie » Biologie

Papa, dis-moi, pourquoi des bêtes me grattent la tête ?

Oh ! Bah, c’est que cela doit être sympa là haut… Ces bêtes, on les appelles des poux. Ce sont de petits insectes de la taille d’un tiers de centimètre qui se nourrit, s’abrite et se reproduit grâce à un autre hôte. Grâce aux poux, tu peux attraper une maladie : la pédiculose qui est très contagieuse et fort désagréable du fait que tu te grattes, mais qui est principalement bénigne. Les poux se divisent en trois groupes : les suceurs (de sang) que l’on retrouve principalement chez l’Homme et beaucoup de mammifères, le mâcheur que l’on retrouve chez certains mammifères et le pou aviaire chez les oiseaux. C’est le premier qui t’intéresse, je suppose. Il voyage facilement de tête en tête et c’est sûrement dans la cour d’école que tu l’as attrapé. Ils se déplacent par contact direct d’une tête à l’autre, et de temps en temps via les vêtements comme les bonnets, écharpes ou les foulards. Arrivé dans tes cheveux, son seul but est de se reproduire et il se reproduit très vite : il pond environ 5 œufs pendant 3 à 4 semaines. Ces œufs, on les appelle des lentes, s’accrochent à la base de tige capillaire pendant une semaine. Après cette semaine, s’extraient des œufs des lymphes qui au bout d’une dizaine de jours deviennent des poux adultes qui vivront environ un mois. La durée de vie total d’un pou avoisine les six semaines. Son lieu d’habitation favori reste le cuir chevelu. Les poux sucent le sang et injectent de la salive qui a comme propriété d’entraîner une réaction allergique et ainsi de démanger. Maintenant que vous savez qu’il faut viser les endroits de grattage et la base des cheveux pour les trouver, comment les enlève-t-on ? Il existe plusieurs solutions : la teinture à base d’ammoniac est une solution temporaire, des lotions à base de monoï qui entraine une asphyxie des poux et les peignes anti-poux qui sont des peignes très fins pour ratisser et rapporter avec eux un maximum de larves et de poux.

Pou ou la bête sur la tête

Source : Wikimedia Commons


Papa, dis-moi, pourquoi a t-on besoin de dormir ?

Sais-tu qu’un être humain dort en moyenne 1/3 de sa vie. En fait, il n’y a pas de vrais réponses à cette question : plusieurs hypothèses existent.
Selon certains scientifiques, dormir aurait un rôle réparateur. Le sommeil permettrait ainsi de stimuler la production de certaines cellules, et on comprend dès lors pourquoi un bébé dort beaucoup plus longtemps car son organisme est en plein développement. Mais on entend par réparateur un certain repos. Ainsi, on constate pendant certaines phases du sommeil que certains neurotransmetteurs ne sont plus émis, cela permettrait un certain « repos » dans les communications internes au cerveau. Selon d’autres scientifiques, dormir permettrait d’économiser de l’énergie. Cela expliquerait pourquoi, entre tous les animaux dont l’Homme fait partie, certaines espèces dorment plus que d’autres car leur énergie étant limité, il faut savoir la ressourcer par le sommeil. On peut ainsi prendre l’exemple de la chauve-souris qui dort environ vingt heures par jour mais qui consomme énormément d’énergie en chassant, ou la girafe, qui consomme très peu d’énergie pour manger, et n’a besoin que de trois heures de sommeil. En tout cas, une des théories les plus sûres est celle basée sur une hormone nommé la sérotonine. Cette hormone est secrétée dès le réveil et s’accumule ainsi toute la journée jusqu’à atteindre un certain taux qui entraîne alors le sommeil. Cette hormone peut être produite en plus grande quantité en fonction de certains facteurs : l’activité physique ou l’alimentation, ce qui explique cette envie de dormir après un bon repas. Au contraire, d’autres facteurs interrompent cette production comme la lumière ou la dépression.

Domir : même les chats dorment

Pour conclure, il faut savoir que dormir a une utilité importante et surtout pour les jeunes enfants, c’est pendant la phase de sommeil profond qu’a lieu la production de l’hormone de croissance et permet ainsi à l’enfant de grandir. Avec l’âge, la durée de sommeil baisse entraînant alors une baisse de la production d’hormone de croissance, ce qui explique que l’on arrête de grandir.

Source : Wikimedia Commons


Papa, dis moi, pourquoi lorsqu’on cuit un crabe pour le manger sa carapace devient rouge ?

Tu as adoré, cet été, jouer dans les rochers, et tu y as découvert des crabes. Tu te poses la question pourquoi ils ont une carapace sombre alors que ceux que Papy fait au déjeuner ont une carapace rouge ?
C’est parce qu’ils ont eu chaud à la cuisson et ont rougi! 😉 Mais non je te taquine. Il y a une explication bien scientifique à cela.
Il nous faut parler d’une molécule présente dans la carapace des crabes, l’Astaxanthine. Elle est aussi présente dans les crevettes, le saumon, dans certaines algues, et même dans les plumes des flamands roses !
C’est un pigment, au même titre que le bêta-carotène qui donne sa couleur orange aux carottes.
L’Astaxanthine est solubles dans les graisses et l’huile. Chez les crustacés, comme le crabe, la couleur rouge n’apparaît généralement pas chez l’animal vivant car la molécule est entourée d’une protéine lui donnant une coloration sombre. Pour cuisiner un crabe, comme tu le sais, on le plonge dans l’eau bouillante, ce qui a pour effet de dérouler les chaînes de protéines, on dit qu’elles sont dénaturées, et cela libére la molécule d’Astaxanthine: les crabes deviennent alors rouges.

Cua_cù_kì_luộc

Il existe beaucoup d’espèces de crabe, celle que tu as déjà dû voir sur les étals du poissonnier quand tu étais en vacances chez Papy et Mamy, c’est le tourteau commun. Quel drôle de nom… Pourquoi l’appelle-t-on ainsi ? Son nom latin est Cancer Pagurus, on l’appelle aussi crabe dormeur. Ce surnom vient du fait que si on le déloge de sa cachette, il se met dans une position typique repliant ses pattes et ses pinces sous sa carapace comme si il dormait. Il n’est aussi que très peu actif en journée, préférant s’activer la nuit. On le trouve sur les côtes européennes, mais il est malheureusement de moins en moins présent, et l’espèce se trouve en danger. Il faut tout faire pour une pêche raisonnée et empêcher la disparition de cet animal si fascinant.

Source: Wikimedia Commons


Papa, dis-moi, pourquoi pèle-t-on après un coup de soleil ?

Parce que la peau est comme un madeleine et c’est meilleur sans la peau. Mais non, je te taquine ! Il faut que tu imagines la peau comme un ensemble de couches de cellules, un peu comme les strates terrestres ou comme les feuilles d’un oignon. Il faut savoir que quand tu prends un coup de soleil, en fait, ta peau brûle. Cela dépend de nombreux facteurs qui influeront sur la profondeur de ces coups de soleil : la génétique, la récurrence de la prise de soleil, la période de l’année, l’heure et la durée d’exposition au soleil. On pourra alors parler de hâle, de bronzage, de rougeurs, et si cela empire, on arrivera aux claques voire à une nécrose de la peau. Un autre facteur jouera au niveau de ta peau : la capacité d’absorption de l’épiderme et du derme, qui feront une différence supplémentaire entre deux personnes. Ainsi, un peau blanche résistera moins aux rayons du Soleil, mais aussi la peau des enfants, car leur durée d’exposition est moindre que par rapport à celle d’un adulte.

Coup de soleil

Mais pourquoi pèle-t-on ? Il faut savoir que la peau se régénère complètement. La peau dite « morte » mue, comme un serpent, et est remplacée par une peau neuve. C’est ainsi que tes bobos forment des croûtes avec le temps, que tes ongles poussent et que les coupures disparaissent. Le processus de régénération de la peau est visible sur le long terme et invisible sur le court terme. Une grande partie des cellules de ton corps meure à chaque instant, puis est remplacée par d’autres cellules à chaque instant.
Pour prévenir des coups de soleil, il est conseillé de ne pas rester trop longtemps au soleil, de se couvrir la peau, de ne pas aller au Soleil entre 12 et 16 heures, pendant l’été, et 11 et 15 heures, en hiver.

Source : Wikimedia Commons


Papa, dis-moi, pourquoi l’eau gazeuse, ça pique ?

Et si je te dis que quelqu’un avait mis un cactus dans ton verre, tu me croirais ? Non, bien sûr ! Écoute-moi maintenant, je vais tout expliquer. Les eaux gazeuses sont des eaux minérales. Elles contiennent du gaz qui forme toutes les petites bulles que l’on voit monter de l’intérieur du verre vers la surface de l’eau. Ces petites bulles pétillent, explosent à la surface de l’eau et piquent la langue quand on boit.
Il faut savoir que l’eau gazeuse minérale proviennent de sources thermales. Celles-ci sont alimentées par les eaux chauffées dans les profondeurs de la Terre. Ces eaux surgissent à la surface après avoir dissous des sels minéraux au cours de leur ruissellement et leur cheminement au travers des nombreuses roches et fissures de celles-ci. Cette dissolution des sels minéraux transforment premièrement l’eau en eau minérale. Les dégagements gazeux provenant des zones profondes facilitent la remontée des eaux. Parmi ces gaz, l’un des plus fréquents est le dioxyde de carbone, avec des traces d’argon, d’azote, d’hélium et de radon. Ce gaz est entassée dans l’eau par la pression des profondeurs de la Terre, jusqu’à ce que le mélange soit hyper-saturé. A ce moment-là, le dioxyde de carbone va se dissoudre dans l’eau minéralisée : il est alors piégé. L’eau minérale devient dès lors de l’eau gazeuse minérale.

Eau gazeuse minérale

L’eau gazeuse est plus ou moins piquante en fonction de la quantité de gaz carbonique (ou CO2 pour les plus chimistes d’entre nous) présentes dans ces eaux. Lorsque le dioxyde de carbone arrive dans la bouche, il va se fixer aux voies rétro-nasales (près du pharynx, au fond de la bouche) à certains capteurs ayant une configuration spatiale chimique qui permettent de s’emboiter parfaitement avec les molécules de dioxyde de carbone. C’est ainsi que naissent ces petits picotements à l’intérieur de la bouche.

Source : Wikimedia Commons