Papa, dis moi…

Catégorie » Langue Francaise

Papa, dis-moi, pourquoi dit on « jeter l’argent par les fenêtres » ?

Quitte à jeter l’argent par les fenêtres, j’espère qu’ils viseront au moins notre fenêtre… Fini de rire, je vais t’expliquer l’origine de cette expression. Pour cela, il faut remonter au Moyen-âge. A cette époque-là, il n’avait pas de tout à l’égout, l’eau courante ou d’égouts. Du coup, on jetait les déchets ou les eaux usées par la fenêtre. Cela implique que les passants qui passent à ce moment-là sous les fenêtres pouvaient recevoir des détritus sur la fenêtre. Mais il n’y avait pas que les déchets qui étaient jetés, certaines fois, les habitants jetaient des pièces par la fenêtre que ce soit pour les troubadours jouant dans la rue ou les mendiants demandant de l’argent. Voilà pour l’origine, mais son utilisation date du XVIIIe siècle quand on parlait de quelqu’un qui dépensait son argent sans compter.

Mais à part « jeter l’argent par les fenêtres », d’autres expressions relatifs à l’argent existent :

  • « L’argent n’a pas d’odeur » veut dire que peu importe sa provenance, l’argent reste de l’argent ;
  • « Espèces sonnantes et trébuchantes » est l’autre nom pour de l’argent liquide ;
  • « Riche comme Crésus » veut dire être extrêmement riche comme le roi de Lydie, célèbre pour ses richesses ;
  • « Tuer la poule aux œufs d’or » veut dire que l’on risque de tout perdre si on est trop avide ;
  • « Une note salée » veut dire qu’une note, une facture peut être élevée ;
  • « Être plein aux as » veut dire être très riche ;
  • « Le temps c’est de l’argent » veut dire que le temps qui n’est travaillé n’apporte pas de bénéfices ;
  • « Les bons comptes font les bons amis » signifie qu’afin de préserver l’amitié, chacun doit s’acquitter de ce qu’il doit à l’autre.

Papa, dis-moi, pourquoi on dit « courir sur le haricot » ?

Tout simplement parce que Jack dans « Jack et le Haricot magique » y arrivait… Soyons plus terre à terre. Si on lit Wikipédia, il nous apprend que « courir sur le haricot » veut dire, en argot, ennuyer, embêter ou énerver. Donc quelqu’un ou quelque chose peut nous courir sur le haricot. Mais comment un légume peut arriver à dire énerver. En fait, il faut revenir au XIXe siècle et comprendre deux expressions : le verbe courir avait un double sens : celui que l’on connait et celui d’ennuyer quelqu’un ; pour le haricot, il faut regarder de son sens argotique qui voulait dire « orteil » et du côté du verbe « haricoter » qui avait pour sens « être mesquin », puis « importuner ». Il est donc normal que pour quelqu’un qui se fait courir sur l’orteil soit considéré comme une personne un peu ennuyé et qui sent alors l’exaspération monter en soi.

Légumes dont des haricots

Mais à part « courir sur le haricot », d’autres expressions avec des noms de légumes existent :

  • « avoir du blé » ou « avoir de l’oseille » signifient avoir de l’argent ;
  • « ne pas avoir un radis » ou « ne pas valoir une cacahuète » signifient, au contraire, ne pas avoir d’argent ;
  • « rouge comme une tomate » pour quelqu’un qui a le visage assez rouge ;
  • « haut comme trois pommes » pour quelqu’un de petite taille ;
  • « avoir la banane / pêche / patate » pour quelqu’un qui est gai, joyeux ;
  • « être un chou » pour quelqu’un de mignon ;
  • « espèce de patate » ou « espèce de cornichon » pour insulter quelqu’un ;
  • « tomber dans les pommes » pour quelqu’un qui s’évanouit ;
  • « les carottes sont cuites » ou « la fin des haricots » signifie que c’est la fin ;
  • « couper la poire en deux » quand on coupe quelque chose en deux ;
  • « recevoir quelque chose en pleine poire » quand on reçoit quelque chose en pleine tête ;
  • « se prendre le chou » quand quelque chose nous énerve ;
  • « appuyer sur le champignon » signifie accélérer ;
  • « ramener sa fraise » signifie « intervenir dans une discussion sans y être invité ».

Source : Wikimedia Commons


Papa, dis moi, pourquoi écrit-on le français de gauche à droite ?

On dit souvent que c’est parce qu’une majorité de gens sont droitiers. En fait, il faut remonter aux origines de l’écriture. La naissance de l’écriture signe la fin de la Préhistoire. L’homme va commencer à vouloir laisser des traces écrites. Les premiers écrits servaient surtout de livres de comptabilité ou d’inventaires.
L’écriture est née simultanément en Mésopotamie et en Egypte vers 3000 avant notre ère, à ce moment là, on écrivait dans toutes les directions, de droite à gauche, de gauche à droite, de haut en bas, de bas en haut.
L’homme va rapidement utiliser ce nouveau moyen de communication pour raconter des histoires, et ensuite s’en servir pour l’enseignement.
On dit que le sens d’écriture de gauche à droite est un sens horizontal dextroverse, c’est la majorité des systèmes d’écriture, en particulier les écritures latines et grecques, dont dérive le français.
Le choix du sens de l’écriture a dépendu des matériaux utilisés comme support, de l’instrument d’écriture et de la position du scribe, en l’absence de tables à écrire.
En l’occurrence, les scribes mésopotamiens écrivaient debout. Ils utilisaient des supports rigides, comme des tablettes d’argile ou de bois recouvertes de cire qu’ils creusaient à l’aide d’ un poinçon. Leur main cachait donc le texte si ils n’écrivaient pas de gauche à droite.
Les Grecs et les Romains ont conservé ce sens dans leurs écritures respectives et notre écriture en dérive directement.
Maintenant que tu sais droitier ou gaucher, tu sais pourquoi, en France, on écrit de gauche à droite!

Hand-writing-exam-classroom

Mais, tu sais aussi que tout le monde n’écrit pas dans le même sens que nous écrivons le français, quand on écrit à l’horizontal de droite à gauche, il s’agit d’un sens dit sinistroverse, c’est le cas de l’arabe et de l’hébreu en particulier.

Et tu as sans doute déjà vu une écriture verticale, comme les hiéroglyphes égyptiens ou les idéogrammes chinois.

Source : Wikimedia Commons


Papa, dis moi, pourquoi appelle t-on la coccinelle la « bête à Bon Dieu » ?

Tu as appris avec papa la comptine « coccinelle, demoiselle », et tu te demandes sûrement pourquoi on appelle la coccinelle, la « bête à Don Dieu » ?

Rien à voir avec la chanson…
Pour trouver l’origine de cette expression, il faut remonter aux Rois de France, et notamment à Robert 2 le Pieux. Si tu te souviens de tes cours d’histoire, il s’agit du deuxième roi franc de la dynastie des capétiens, il est né à Orléans en 972 et est mort au château de Melun en 1031, il a régné de 996 jusqu’à sa mort.

Une légende, datant de cette époque, veut qu’un homme fût condamné à mort pour meurtre. L’homme clamait son innocence mais il fût décidé de lui couper la tête. Lors de l’éxécution, une coccinelle vient se poser sur le cou de l’homme. Le bourreau tenta à plusieurs reprises de l’enlever mais celle-ci s’obtinait à se poser au même endroit. Le roi y vit une intervention divine et décida de gracier l’homme. Quelques jours plus tard, le vrai meurtrier fut retrouvé. L’histoire se répandit très vite et la légende prit vie. La coccinelle fût considérée comme un porte-bonheur qu’il ne fallait pas écraser.

Coccinelle_(1)

 

En bonus, pour ceux qui ne la connaisse pas, voici les paroles de Coccinelle, demoiselle:
Coccinelle, demoiselle
Bête à Bon Dieu
Coccinelle, demoiselle
Vole jusqu’au cieux
Petit point rouge
Elle bouge
Petit point blanc
Elle attend
Petit point noir
Coccinelle, au revoir

La prochaine fois que tu verras une coccinelle, ce sera à toi de jouer, et de lui chanter la comptine, et surtout tu as compris, ne lui fait pas de mal et ne l’écrase pas, et elle sera ton porte bonheur !

Source: Wikimedia Commons


Papa, dis-moi, c’est quoi une langue morte ?

Je vais commencer par t’expliquer ce qu’est une langue. Quand on parle tous les deux ensemble, on se comprend. Et si Maman arrive, on se comprend aussi. Pourquoi ? Parce que l’on parle la même langue. Attention, il ne faut pas que tu confondes la langue que tu as dans ta bouche et la langue qui nous permet de communiquer. Par contre, si tu vas en Angleterre, en Chine, ou en Bretagne, tu risques de tomber sur des gens qui ne parlent pas la même langue que toi, on parle alors de langue étrangère. Mais dans tous les cas, vu que des gens la parlent, cette langue vit, on l’appelle une langue vivante. Mais si un jour, une peuplade qui parle une certaine langue disparaît ou est absorbé par un autre peuple lors d’une guerre, plus personne ne va pas parler la langue, et donc la langue ne va pas se transmettre entre les différentes générations. La langue va mourir. On parle alors de langue morte car plus personne ne la parle. Ainsi, le latin et l’égyptien ancien qui étaient parlés dans l’Antiquité, sont tous les deux des langues mortes. Pourtant, le latin est encore officiellement de l’Église Romaine.

Pierre de Rosette : la pierre aux trois langues mortes

On sait aussi que les langues évoluent à travers le temps. Ainsi, au fur et à mesure des guerres, les peuples se sont mélangés et les langues se sont, elles aussi, mélangées et certaines se trouvant plus absorbés. Ainsi, le latin est un ancêtre de nos langues européens, et l’araméen, un ancêtre des langues du Moyen-Orient. Au final, on dit qu’une langue est morte quand plus aucun utilisateur ne l’utilise comme langue de la vie courante. Ainsi, pour le latin, personne ne dit : « Passe-moi le sel, s’il te plaît ».

Source : Wikimedia Commons

Page 2 sur 41234