Papa, dis moi…

Catégorie » Vie quotidienne

Papa, dis-moi, pourquoi doit-on recycler ?

A la maison, on doit trier nos déchets. Et hop… Les papiers dans une poubelle, le verre dans une autre, les épluchures dans le composteur du jardin, et le reste dans la poubelle « classique ».

Mais pourquoi fait-on ça? Il serait plus simple de tout mettre dans la même poubelle, non?
Papa et maman disent que c’est parce qu’il faut recycler. Mais c’est quoi le recyclage?

C’est un procédé de traitement des déchets qui permet de réintroduire des matériaux qui composaient un produit similaire arrivé en fin de vie ou qui viennent des résidus de fabrication.
Le recyclage tire ses origines de l’âge de bronze. A cette époque, les objets usagés en métal sont fondus afin de récupérer le métal pour la fabrication de nouveaux objets.
Plus récemment, au moment de la 2nde guerre mondiale, l’époque était à la pénurie de tout, les gens recyclaient tout ce qui était possible, les vêtements étaient réparés et transformés pour retrouver une seconde vie.
Vers la fin des années 40, les industries manquent de matières premières, le recyclage est donc de plus en plus utilisé.
Dans les années 50 par exemple, les récipients en verre sont consignés, ce qui permet de fabriquer des bouteilles neuves avec le verre de bouteilles usagées.
En 1970, le logo actuel est lancé par les partisans de la défense de l’environnement, il sert à repérer les produits recyclables et les produits issus de matériaux recyclés. Les consommateurs sont ainsi de plus en plus sensibilisés.
De nos jours, on parle souvent de pollution, le recyclage joue donc un grand rôle dans la sauvegarde de l’environnement.

Sigle-recyclage

La gestion des déchets de la maison devient plus organisées avec la récupération sélective qui permet de faciliter l’industrialisation du recyclage.

Dans les pays développés, on peut même faire de l’électricité avec l’incinération des déchets.

Bien sûr, tout ceci est réglementé. Dans les pays en voie de développement, la tolérance est plus importante que dans les pays développés en terme de recyclage des déchets.

Les conséquences positives sur l’environnement du recyclage sont :

  • la réduction du volume des déchets et de la pollution qu’ils causent. En effet, l’enfouissement des déchets a été et reste très utilisé, or certains matériaux mettent des décennies, voire des siècles à se dégrader.
    Par exemple, une brique de lait met jusqu’à 5 mois à se dégrader, un chewing-gum 5 ans, une canette de soda jusqu’à 100 ans ! Pense-y quand tu jettes tes déchets !
  • la préservation des ressources naturelles, puisque la matière recyclée est utilisée à la place de celle qu’on aurait dû extraire du milieu naturel.

Il existe trois types de recyclage:

  • le recyclage chimique qui utilise les réactions chimiques pour traiter les déchets, par exemple la séparation de certains composants, notamment dans le cas du plastique.
  • le recyclage mécanique qui est la transformation des déchets à l’aide d’une machine, par exemple, on se sert d’aimants industriels pour trier le matériel.
  • le recyclage organique qui consiste après compostage ou fermentation, à produire des engrais ou du carburant tel que le biogaz. Tu peux, par exemple, le voire dans ton jardin, on utilise un composteur afin d’y mettre les déchets organiques et en faire du compost pour le potager.

Source : Wikimedia Commons


Papa, dis-moi, pourquoi dit-on bâbord et tribord sur un bateau ?

Les beaux jours sont de retour, c’est le moment d’aller au bord de la mer et tu vas peut-être avoir l’occasion de faire du bateau. Tu auras alors l’occasion de te familiariser avec les termes nautiques tels que bâbord et tribord.

Le terme bâbord est utilisé pour qualifier la gauche du bateau, tandis que le terme tribord est utilisé pour la droite.

Pour te souvenir de quel mot désigne quel côté, il existe un moyen mnémotechniques basés sur les préfixes, tu peux t’imaginer le mot bateau, la syllabe « ba » est à gauche comme bâbord, et le t de la syllabe « teau » est à droite comme tribord.

Monet_1871_Boats_in_Holland,_Near_the_Zaandam

L’origine des termes bâbord et tribord vient du néerlandais. Au 15ème siècle, la Hollande est un pays dont la Marine était très puissante. A cette époque, les bateaux étaient dirigés avec un gouvernail fixé sur la droite de l’embarcation quand on regarde vers l’avant du bateau, ce qu’on appelle la proue. En néerlandais, le côté gouvernail s’appelait « stierboord », stier voulant dire gouvernail et boord signifiant côté, et donc les marins tournaient le dos à l’autre côté, le côté gauche, qui s’appelait alors « bakboord », bak voulant dire dos et boord signifiant côté. C’est ce qui a donné en français, les termes tribord et bâbord.

Entre le 17ème et 18ème siècle, suite à une évolution du mot, le s de bas-bord disparu au profit d’un accent circonflexe sur le a de bâbord.

Il existe tout un glossaire propre à la navigation maritime sur les différentes pièces d’un bateau. Mais outre les termes bâbord et tribord, il est utilisé un langage propre pour faciliter la navigation maritime. Tu as déjà pu entendre dans les films, lors des communications entre les bateaux militaires, le personnel utilisent un langage codifié. C’est ce qu’on appelle l’alphabet phonétique de l’OTAN, aussi appelé l’alphabet radio international. Il est issu des différents alphabets radio utilisés par les armées américaines et a remplacé les alphabets radio nationaux. Il a été généralisé par l’OTAN (Organisation du Traité de l’Atlantique Nord)

Dans ce langage, les lettres correspondent à des mots à savoir:
Alpha, Bravo, Charlie, Delta, Echo, Foxtrot, Golf, Hotel, India, Juliett, Kilo, Lima, Mike, November, Oscar, Papa, Quebec, Romeo, Sierra, Tango, Uniform, Victor, Whiskey, X-ray, Yankee, Zulu.

Source : Wikimedia Commons


Papa, dis-moi, c’est quoi la plagiocéphalie ?

Une fois n’est pas coutume, Papa, dis-moi, se joint à l’Association Plagiocéphalie Info et Soutien pour vous parlez d’une bonne cause.

Tous à vos agendas, le 04 avril prochain a lieu la Journée Mondiale sur les plagiocéphalies et les déformations crâniennes 2015.

11133718_932429396790718_8837200258347676686_n

Pourquoi une Journée Mondiale ?
La réponse ici

Mobilisons nous tous pour que l’information circule et qu’on parle de ce problème qui peux toucher nos bébés. N’hésitez pas à partager et à en parler autour de vous!

Cette année la campagne porte sur la désinformation, en effet, beaucoup de mauvaises informations circulent encore ce qui complique tout.

Qu’est ce que la plagiocéphalie ?

La plagiocéphalie positionnelle (du grec « plagios », oblique, et « kephalê », tête) est une déformation crânienne, apparaissant chez l’enfant durant la grossesse ou plus généralement dans les premières semaines de vie. Elle se caractérise par la présence d’un aplatissement asymétrique, sur l’arrière ou un côté de la tête. La tête prend une forme de parallélogramme avec perte de symétrie du crâne (aplatissement d’un côté, proéminence de l’autre) perte de l’alignement des oreilles, front impacté également.

Il existe aussi une déformation appelée la brachycéphalie positionnelle (du grec « brakhus », court, et « kepahlê », tête) qui apparaît aussi durant la grossesse ou les premières semaines de vie. Elle se caractérise par une tête large et peu profonde avec un aplatissement de tout l’arrière du crâne, une boîte crânienne montant à l’arrière.

Les causes de ces déformations (essentiellement mécaniques) font encore débat. Selon des études, voici celles qui sont suspectées comme favorisant l’apparition et le développement de plagiocéphalies positionnelles:
– Causes in utero (position fœtale, anomalie utérine…)
– Accouchement (durée, instruments, sortie)
– Torticolis et tonus musculaire
– Couchage et position prolongée sur le dos (surface dure)
– Manque de vitamine D de la mère pendant la grossesse.

Pour plus d’informations sur les causes, la prévention, les bons gestes à adopter, rendez-vous sur le site de l’association, notamment dans le coin des brochures, ici

Les laboratoires Lehning ont souhaité soutenir la journée mondiale sur la plagiocéphalie et les déformations crâniennes après avoir été sensibilisés par une salariée de leur entreprise qui a vécu cela avec son enfant. Ils ont adhéré au souhait de l’association de développer la prévention pour que les parents puissent avoir accès aux informations et que les bébés ne soient plus touchés. Merci à eux pour leur grand soutien au grand travail de l’association et à cet événement. Vous pouvez les retrouver ici.

Parce que nos bébés, on les aime de la tête aux pieds! 🙂

Source : Association Plagiocéphalie Info et Soutien


Papa, dis-moi, c’est quoi la religion ?

Oh là là, je sens la question qui peut amener au conflit. Comment pourrais te parler de religion ? Je vais d’abord te parler de la foi. La foi, c’est quand tu crois très fort en quelque chose même sans l’avoir vu. C’est comme pour le Père Noël, tu ne l’as jamais vu mais pour toi, il existe. Donc tu as foi dans le Père Noël. Maintenant la religion, c’est comme cette foi est cultivé, comment tu l’entretiens, comment tu vois le monde à travers cette croyance. Pour continuer avec le Père Noël, tu cultives cette croyance en faisant un sapin, et en y accrochant des boules et en décorant la maison (avec un goût certain), et en attendant le jour de Noël. Tu l’entretiens en faisant ton calendrier de l’Avent et pour toi, durant cette période, le monde est plein de joie et de partage.
Il y a plusieurs types de religion : il y a les monothéistes et les polythéistes. Il y a aussi l’athéisme qui est l’absence de croyance envers un dieu. Dans ce cas, on voit souvent le monde de manière plus cartésienne et basé sur les faits. Quand on parle de monothéisme ou polythéisme, c’est le nombre de dieux qui importe. Ainsi, les anciens grecs et romains étaient polythéistes car il croyait que le monde était régi par plusieurs dieux. Comme religion moderne polythéiste, il y a l’hindouisme, connu pour être une des plus vieilles religions du monde. D’un autre côté, il y a les religions monothéistes : le christianisme, l’islam ou le judaïsme, ainsi que de nombreux autres. Dans ce cas, la religion est basé sur une seule divinité. Dans toutes ces religions, elles sont basées sur un livre considéré comme sacré et qui sont la base de la Religion, dictant le culte : le Coran pour les musulmans, la Bible pour les chrétiens, le Tanakh pour les juifs.
La religion est, au final, le fait de croire en l’existence d’une ou plusieurs divinités, créatrices du monde ainsi qu’une manière de vivre en suivant les règles écrites dans le livre sacré relatif à la religion plus ou moins à la lettre.

Symbole des religions

Source : Wikimedia Commons


Papa, dis-moi, c’est quoi la politique ?

Je sens le sujet épineux. Mais je vais essayer de l’aborder en le comparant à ton école. Imagine que ta classe doive élire un délégué pour le représenter. Ce sera l’équivalent du président de la République. Mais pour cela, il faut des candidats : ce sera une ou plusieurs personnes qui veut prendre le poste avec ses avantages, ses inconvénients et ses responsabilités. Mais comment choisir entre chaque candidat ? En politique, chaque candidat va faire son programme : ce sera ce qu’il va essayer de changer dans l’environnement qui l’entoure. Ainsi, dans ton cas, ce sera réussir à avoir une récré plus longue, ou faire des activités éducatives marrantes. Mais ce programme n’est qu’une promesse. Ainsi, la promesse peut être tenue ou pas, cela peut être du à l’environnement qui change avec un nouveau maître qui ne veut pas certains changement, ou parce que l’élève élu est un menteur et qu’il voulait juste être élu. La politique, c’est cet ensemble : un système où des gens élisent une personne pour les représenter et représenter leurs idées, c’est aussi une bataille entre différents programmes. Car deux élèves peuvent avoir des idées différentes : ainsi l’un veut des récrés plus longues, et moins de visites à l’extérieur, et l’autre, c’est l’inverse. Dès lors, les deux candidats doivent s’opposer. Leurs programmes vont s’opposer dans la tête des électeurs, les autres élèves. Mais il peut y avoir quand même égalité : on organise souvent à ce moment là un débat. Cela permet aux deux électeurs de démonter le programme de l’autre et de prouver lequel semble le meilleur aux yeux du candidat. A ce moment là, aux yeux des électeurs, un programme doit souvent se distinguer plus que l’autre, et c’est pour cette personne que les électeurs vont voter. Si ce n’est pas le cas, soit ils ne voteront pas, soit ils voteront contre un programme ou un candidat.

Parlement Européen : le jeu de la politique au niveau européen

Source : Wikimedia Commons

Page 1 sur 41234