Papa, dis moi…

Papa, dis-moi c’est quoi une maladie orpheline ?

Oh toi… tu as entendu parler du Téléthon. Le Téléthon est un événement qui permet de récolter de l’argent pour travailler à guérir les maladies génétiques rares. Mais pourquoi certaines sont dites « orphelines » ? Une maladie orpheline est une maladie dont aucune traitement efficace n’a été trouvé. Les seuls médicaments trouvés permettent d’améliorer la qualité de vie du patient. Une maladie rare est une maladie qui touche très peu de personnes, en moyenne moins de une sur 2000. Ainsi, pour la France, on dit qu’une maladie est rare quand elle touche moins de 30000 personnes. Elle peut impacter la vie du porteur de cette maladie ou l’handicaper que ce soit de manière motrice, intellectuelle ou sensorielle. Certaines maladies se développent dès l’enfance, d’autres avec l’âge. Une maladie rare est souvent orpheline. Mais pourquoi ? Tout simplement parce que le développement d’une thérapie pour une maladie rare coûte assez cher et a donc un impact financier important pour les investisseurs. Cela implique pour ces investisseurs un retour qui, vu que la maladie est rare, sera plus long et donc ne sera pas très rentable, et donc les investisseurs n’investissent pas dans les recherches pour un traitement, transformant la maladie dite rare en maladie orpheline. Donc les deux termes « orphelines » et « rares » représentent ainsi un même groupe de maladies. On estime le nombre de ces maladies orphelines entre 6000 et 8000. Certaines maladies rares sont pourtant devenues plus connues par le combat de certaines personnes : la mucoviscidose, le Xeroderma pigmentosum ou maladie des enfants de la lune, la maladie des os de verre, la maladie de Crohn, la maladie de Huntington ou la myopathie de Duchenne. La seule solution pour soigner ces maladies est d’aider la recherche et pour cela, le Téléthon est là alors maintenant, il est l’heure de faire le 36 37.

Maladie orpheline ou comment le Téléthon combat

Source : Wikimedia Commons


Papa, dis-moi comment fonctionne notre imprimante ?

Comme c’est magique de mettre une feuille blanche dans l’imprimante de papa et maman, et de la voir ressortir avec ce qu’on a demandé à l’ordinateur d’imprimer. C’est d’ailleurs comme ça que Papa et Maman t’imprime des feuilles pour tes coloriages.
Mais comment l’imprimante fonctionne exactement ?
Une imprimante est un périphérique permettant de faire une sortie imprimée sur papier des données de l’ordinateur. Elle est caractérisée par sa vitesse d’impression, sa résolution, son temps de préchauffage, sa mémoire, les formats de papiers qu’elle accepte, de son mode de chargement de papier, de ses cartouches ce qui défini souvent son prix. De nos jours, on connecte souvent son imprimante soit par USB, soit par Wifi.

Imprimante Multifonction A3 Brother

Les types d’imprimantes les plus communs de nos jours sont:
– les imprimantes à jet d’encre :
Elles utilisent le principe d’un fluide chauffé qui produit des bulles.

Les têtes de ces imprimantes sont composées de buses, équivalentes à plusieurs seringues, chauffées entre 300 et 400°C plusieurs fois par seconde.
Chaque buse produit une bulle minuscule qui fait s’éjecter une gouttelette extrêmement fine. Le vide engendré par la baisse de pression aspire une nouvelle goutte.
C’est cette imprimante qui est le plus largement répandue dans nos maisons.
– les imprimantes laser:
Pour obtenir des tirages papiers à faible coût, avec une vitesse d’impression plus rapide tout en gardant une bonne qualité d’impression. En revanche, le coût de telles imprimantes reste élevé.
La technologie utilisée est proche de celle des photocopieurs. Elles sont constituées d’un tambour photosensible qui est chargé électrostatiquement et est capable d’attirer l’encre afin de former un motif qui sera déposé sur la feuille de papier.
– les imprimantes à LED:
Une autre technologie est utilisée et entre en concurrence avec les imprimantes laser : la technologie LED (DEL en français ce qui veut dire diodes électroluminescente).
Le principe de cette technologie est qu’une rampe de diodes électro-luminescentes polarise le tambour au moyen d’un rayon lumineux très fin, permettant d’obtenir de très petits points.
Ces dernières années, on a vu l’arrivée puis la démocratisation des imprimantes 3D. Imagine! Maintenant tu vas pouvoir donner un plan à ton imprimante et elle pourra t’imprimer un objet !

Source: Wikimedia Commons


Papa, dis-moi pourquoi une tartine tombe du côté beurré ?

Parce que sinon ce serait trop propre si elles tombaient de l’autre côté… Bah oui, imagine une tranche de pain, sur le bord de la table, bien coupé d’un côté et tartiné de confiture de l’autre côté, et là, d’un coup de coude, tu la fais tomber. Bien sûr, elle ne tombera pas du côté non tartiné, elle tombera du côté tartiné. Cela a été prouvé scientifiquement : c’est de la physique. Techniquement, on peut dire que la tranche de pain ou la tartine n’a fait qu’un demi-tour en tombant d’une table haute d’environ 80 cm. Un chercheur anglais du nom de Robert Matthews a prouvé en 1995 que pour que la tartine fasse un tour complet, il aurait fallu que la gravité terrestre soit plus importante ou que les tables fassent aux alentours de 3m de haut. En fait, il n’y a pas que la gravité ou la hauteur de la table qui jouent mais d’autres facteurs : comment la tranche de pain quitte la table et quelle est le forme de la tartine. Ainsi une tartine convexe (en forme de U dans une vue transverse) aura une chute différente d’une tartine plate, ou si une tranche quitte la table en tombant simplement au niveau de la tranche de la table et donc sera rapidement à la perpendiculaire du sol du fait d’une perte d’équilibre rapide, est différent d’une tranche qui quitte la table de manière parallèle à la table (comme si elle glissait vers le sol) et risque moins de se retourner.
De tels phénomènes peuvent se prouver scientifiquement car si quelque chose peut tourner mal, alors ça ira de pire en pis : on appelle cela la loi de Murphy ou loi de l’emmerdement maximum. Autre exemple : le nombre de personnes qui vous regardent est directement proportionnel à la stupidité de votre action ou l’envie d’éternuer sera inversement proportionnel au taux de remplissage de la bouche.

Tartine de confiture

Source : Wikimedia Commons


Papa, dis-moi pourquoi on a de l’eau dans la bouche ?

Tout d’abord, l’eau que tu as dans la bouche, on appelle cela de la salive. Mais elle vient d’où ? Elle est secrétée par les glandes salivaires à l’intérieur de ta bouche. Tu en crées entre un demi-litre et un litre par jour, soit l’équivalent d’une bouteille d’eau. Mais pourquoi ? Tout d’abord, la salive a pour but d’humidifier ta bouche, ta gorge et ton œsophage. Cela permet quand tu manges que les aliments que tu mâches soient moins dur pour que tu puisses plus facilement les avaler et que ton corps puisse l’assimiler pour transformer cela en énergie. Imagine un gros morceau de viande ou un œuf, si tu ne mâchais pas et que tu ne le hachais pas avec tes dents, cela serait trop gros pour le faire passer dans ton œsophage et tu risquerais de t’étouffer. De plus, la salive permet de faciliter la diction. Ainsi, elle lubrifie les surfaces muqueuses et dentaires afin de pouvoir s’exprimer facilement. Quand quelqu’un parle trop, il ait la bouche sèche. C’est pour cela que les conférenciers ont toujours un verre d’eau à leur portée. Si on continue, la salive a un rôle de muraille contre les bactéries qui oseraient attaquer tes dents. Imagine comme cela se passe : en mangeant, des bactéries se posent sur tes dents. Si tu n’avais pas de salive, rien n’empêcherait ces bactéries de s’attaquer à tes dents. Alors qu’avec de la salive, celle-ci sert de raz-de-marée pour ces bactéries et nettoie en grande partie, bien qu’un brossage des dents permette de finir le travail. De plus, elle régule l’acidité de ta bouche et évite ainsi les attaques acides envers les dents et elle contient aussi de quoi réparer l’émail de tes dents : on appelle cela des ions minéraux.

Bouche et Salive

Source : Wikimedia Commons


Papa, dis-moi il est quelle heure en Chine ?

Alors celle là, tu me l’avais jamais faite… Tout d’abord, où est la Chine par rapport à la France ? Il faut que tu imagines que la Terre est comme un ballon de foot. D’un côté, tu auras la France, et de l’autre côté, tu auras la Chine. On va s’éloigner encore un peu de la Terre pour voir qu’une moitié de la Terre est éclairée par le Soleil, tandis que l’autre est dans l’ombre. Pour qu’un point soit éclairé, et que la Terre ait eu le temps de faire une révolution sur elle-même, il lui faut 24 heures. Ce nombre va avoir son importance. A la fin du XIXe siècle, la surface terrestre a été divisé en zones appelées fuseaux horaires. Le fuseau horaire de base est celui de Greenwich, le reste du globe est divisée en 24 fuseaux horaires de même taille. De façon générale, les pays essaient d’utiliser le fuseau horaire équivalent ou approchant de l’heure solaire, c’est-à-dire que le midi solaire corresponde au midi légal. C’est grâce aux fuseaux horaires que l’on peut dire qu’il est toujours midi quelque part. Donc l’heure de base est sur le fuseau horaire de Greenwich. Si on se dirige vers l’Ouest, on retire une heure par rapport à Greenwich et vers l’Est, on ajoute une heure. Donc pour la Chine, il faut se diriger vers l’Est. Ce pays étant sur plusieurs fuseaux horaires, un seul a été décidé pour tout le pays. Donc quand il est midi en France, il est 19h en Chine. Pour savoir ce que font les gens, il faut se demander ce que tu ferais à cette heure ? Vers 19h, les enfants sont sûrement rentrés de l’école et font leurs devoirs, les parents sont rentrés du travail et préparent le repas du soir.

Carte des fuseaux horaires : il est quel heure et où ?

Source : Wikimedia Commons