Papa, dis moi…

Papa, dis-moi, pourquoi des bêtes me grattent la tête ?

Oh ! Bah, c’est que cela doit être sympa là haut… Ces bêtes, on les appelles des poux. Ce sont de petits insectes de la taille d’un tiers de centimètre qui se nourrit, s’abrite et se reproduit grâce à un autre hôte. Grâce aux poux, tu peux attraper une maladie : la pédiculose qui est très contagieuse et fort désagréable du fait que tu te grattes, mais qui est principalement bénigne. Les poux se divisent en trois groupes : les suceurs (de sang) que l’on retrouve principalement chez l’Homme et beaucoup de mammifères, le mâcheur que l’on retrouve chez certains mammifères et le pou aviaire chez les oiseaux. C’est le premier qui t’intéresse, je suppose. Il voyage facilement de tête en tête et c’est sûrement dans la cour d’école que tu l’as attrapé. Ils se déplacent par contact direct d’une tête à l’autre, et de temps en temps via les vêtements comme les bonnets, écharpes ou les foulards. Arrivé dans tes cheveux, son seul but est de se reproduire et il se reproduit très vite : il pond environ 5 œufs pendant 3 à 4 semaines. Ces œufs, on les appelle des lentes, s’accrochent à la base de tige capillaire pendant une semaine. Après cette semaine, s’extraient des œufs des lymphes qui au bout d’une dizaine de jours deviennent des poux adultes qui vivront environ un mois. La durée de vie total d’un pou avoisine les six semaines. Son lieu d’habitation favori reste le cuir chevelu. Les poux sucent le sang et injectent de la salive qui a comme propriété d’entraîner une réaction allergique et ainsi de démanger. Maintenant que vous savez qu’il faut viser les endroits de grattage et la base des cheveux pour les trouver, comment les enlève-t-on ? Il existe plusieurs solutions : la teinture à base d’ammoniac est une solution temporaire, des lotions à base de monoï qui entraine une asphyxie des poux et les peignes anti-poux qui sont des peignes très fins pour ratisser et rapporter avec eux un maximum de larves et de poux.

Pou ou la bête sur la tête

Source : Wikimedia Commons


Papa, dis moi, comment on fabrique les éponges ?

Nettoyer, balayer, astiquer… Comme dans les paroles de la chanson Maldon de Zouk Machine, il faut bien faire le ménage à la maison! Et quoi de mieux que d’utiliser une éponge! Tu as dû voir papa et maman l’utiliser, et tu te demandes d’où vient les éponges, est-ce que cela a un rapport avec les éponges de mer ? Et bien il faudrait demander à Bob l’éponge… Je te taquine, étudions le sujet.
Les éponges ont une structure poreuse qui leurs confèrent une forte capacité d’absorption, environ vingt-deux fois leurs masses sèches.
Il existe trois types d’éponge. D’abord les éponges naturelles, d’origine animale comme les éponges de mer que tu connais, il s’agit dans ce cas, du squelette du dermosponge, vivant dans les mers chaudes ou tempérées, elles ont été exploitées depuis très longtemps, et nécessite un traitement chimique à base d’acide chlorhydrique et d’eau oxygénée; ou d’origine végétale, on utilise notamment les fruits du Luffa, qui ressemblent un peu aux courgettes et aux concombres, pour fabriquer des gants de crins. Son usage principal est la toilette, notamment pour les peaux sensibles. De nos jours, c’est surtout en pharmacie qu’on en trouvera à vendre.
Schwamm1
Ensuite les éponges artificielles fabriquées à base de viscose, issue de la cellulose, qui est la pulpe du bois et de coton. Elles sont apparus en 1935 en France. Du sel est ajouté lors de la fabrication afin d’y faire des trous. Ce type d’éponge est biodégradable, voire compostable, mais il faut faire attention à sa composition, certain additifs ne se dégradent pas, ou peuvent être toxiques.
Elles sont moins bien absorbantes que les autres types d’éponge, leur seul attrait est leur faible prix.
Le dernier type d’éponge est l’éponge synthétique, fabriquée en polyuréthane, un dérivé du pétrole, elle est traitée par des produits chimiques qui lui donne sa couleur et sa résistance. Elle n’est pas biodégradable et la face verte abrasive souvent ajoutée sur ce type d’éponge est collée avec une colle résistante à l’eau aggrave l’impact écologique.
Voilà, j’espère qu’à présent, tu en sais plus sur l’éponge 🙂
Source: Wikimedia Commons

Papa, dis-moi, pourquoi a t-on besoin de dormir ?

Sais-tu qu’un être humain dort en moyenne 1/3 de sa vie. En fait, il n’y a pas de vrais réponses à cette question : plusieurs hypothèses existent.
Selon certains scientifiques, dormir aurait un rôle réparateur. Le sommeil permettrait ainsi de stimuler la production de certaines cellules, et on comprend dès lors pourquoi un bébé dort beaucoup plus longtemps car son organisme est en plein développement. Mais on entend par réparateur un certain repos. Ainsi, on constate pendant certaines phases du sommeil que certains neurotransmetteurs ne sont plus émis, cela permettrait un certain « repos » dans les communications internes au cerveau. Selon d’autres scientifiques, dormir permettrait d’économiser de l’énergie. Cela expliquerait pourquoi, entre tous les animaux dont l’Homme fait partie, certaines espèces dorment plus que d’autres car leur énergie étant limité, il faut savoir la ressourcer par le sommeil. On peut ainsi prendre l’exemple de la chauve-souris qui dort environ vingt heures par jour mais qui consomme énormément d’énergie en chassant, ou la girafe, qui consomme très peu d’énergie pour manger, et n’a besoin que de trois heures de sommeil. En tout cas, une des théories les plus sûres est celle basée sur une hormone nommé la sérotonine. Cette hormone est secrétée dès le réveil et s’accumule ainsi toute la journée jusqu’à atteindre un certain taux qui entraîne alors le sommeil. Cette hormone peut être produite en plus grande quantité en fonction de certains facteurs : l’activité physique ou l’alimentation, ce qui explique cette envie de dormir après un bon repas. Au contraire, d’autres facteurs interrompent cette production comme la lumière ou la dépression.

Domir : même les chats dorment

Pour conclure, il faut savoir que dormir a une utilité importante et surtout pour les jeunes enfants, c’est pendant la phase de sommeil profond qu’a lieu la production de l’hormone de croissance et permet ainsi à l’enfant de grandir. Avec l’âge, la durée de sommeil baisse entraînant alors une baisse de la production d’hormone de croissance, ce qui explique que l’on arrête de grandir.

Source : Wikimedia Commons


Papa, dis-moi, pourquoi les lits des rois étaient si petits ?

Tu as visité un château dernièrement ? Et tu t’es demandé pourquoi les lits d’époque que tu y a vu semblent si petits ?

Voilà une question intéressante ! Les gens de l’époque étaient-ils plus petits que nous ? Pas si sûre, que ce soit la raison .

Les premiers lits que les archéologues ont retrouvés datent de 8000 ans avant J.C. A l’époque, c’était des amas de paille ou de peaux qui avaient pour but de s’isoler du froid du sol. D’ailleurs le mot lit dérive du verbe latin legere qui veux dire amasser, entasser.

La sédentarisation de l’Homme a contribué à l’évolution du lit, notamment dans les classes supérieures. On a d’abord ajouté des pieds au lit afin de mieux s’isoler du sol et des animaux comme les rats, lors notamment des grands épisodes de peste, puis on s’est attaqué à l’apparat avec le lit à baldaquin, qui est entouré de tentures, symbole de richesse pour le propriétaire et garantissant de l’intimité des amoureux. Ces lits étaient conçus pour dormir en position assise, avec des coussins pour surélever la tête.

Au Moyen Age,  le lit est le meuble le plus important de la maison, on y naît, on y dort et on y meurt. Les médecins de l’époque recommandent d’y dormir nu mais avec un bonnet de nuit censé protéger le cerveau, siège de l’âme selon les croyances de l’époque. Le ciel de lit a un double rôle : il protège de la poussière, et il protège des rayons de la lune, jugés nocifs à l’époque.

Souvent chez les nobles, le lit était fait selon les mesures de la personne.

Ce qui donne l’impression que les lits des rois sont si petits, c’est donc ce sur-mesure, le ciel de lit ou le baldaquin, et aussi les tentures qui aident à se protéger du froid.

De la révolution industrielle jusqu’à nos jours, le lit a connu une très grande évolution, le sommier est apparu, et pour des questions d’hygiène, le coton dans les draps, les oreillers et le matelas.  Enfin des normes sont apparues pour les matelas, en France notamment un lit à une personne doit faire 0,90 m en largeur et 1,90 m ou 2,00 m en longueur.

Le maître mot de nos jours est le confort et le sommeil réparateur, il existe notamment des lits dits king size d’une grande largeur et longueur, et il faut bien cela en sachant que nous passons un tiers de notre vie au lit !


Papa, dis-moi, pourquoi on dit « courir sur le haricot » ?

Tout simplement parce que Jack dans « Jack et le Haricot magique » y arrivait… Soyons plus terre à terre. Si on lit Wikipédia, il nous apprend que « courir sur le haricot » veut dire, en argot, ennuyer, embêter ou énerver. Donc quelqu’un ou quelque chose peut nous courir sur le haricot. Mais comment un légume peut arriver à dire énerver. En fait, il faut revenir au XIXe siècle et comprendre deux expressions : le verbe courir avait un double sens : celui que l’on connait et celui d’ennuyer quelqu’un ; pour le haricot, il faut regarder de son sens argotique qui voulait dire « orteil » et du côté du verbe « haricoter » qui avait pour sens « être mesquin », puis « importuner ». Il est donc normal que pour quelqu’un qui se fait courir sur l’orteil soit considéré comme une personne un peu ennuyé et qui sent alors l’exaspération monter en soi.

Légumes dont des haricots

Mais à part « courir sur le haricot », d’autres expressions avec des noms de légumes existent :

  • « avoir du blé » ou « avoir de l’oseille » signifient avoir de l’argent ;
  • « ne pas avoir un radis » ou « ne pas valoir une cacahuète » signifient, au contraire, ne pas avoir d’argent ;
  • « rouge comme une tomate » pour quelqu’un qui a le visage assez rouge ;
  • « haut comme trois pommes » pour quelqu’un de petite taille ;
  • « avoir la banane / pêche / patate » pour quelqu’un qui est gai, joyeux ;
  • « être un chou » pour quelqu’un de mignon ;
  • « espèce de patate » ou « espèce de cornichon » pour insulter quelqu’un ;
  • « tomber dans les pommes » pour quelqu’un qui s’évanouit ;
  • « les carottes sont cuites » ou « la fin des haricots » signifie que c’est la fin ;
  • « couper la poire en deux » quand on coupe quelque chose en deux ;
  • « recevoir quelque chose en pleine poire » quand on reçoit quelque chose en pleine tête ;
  • « se prendre le chou » quand quelque chose nous énerve ;
  • « appuyer sur le champignon » signifie accélérer ;
  • « ramener sa fraise » signifie « intervenir dans une discussion sans y être invité ».

Source : Wikimedia Commons