Papa, dis moi…

Papa, dis moi, pourquoi écrit-on le français de gauche à droite ?

On dit souvent que c’est parce qu’une majorité de gens sont droitiers. En fait, il faut remonter aux origines de l’écriture. La naissance de l’écriture signe la fin de la Préhistoire. L’homme va commencer à vouloir laisser des traces écrites. Les premiers écrits servaient surtout de livres de comptabilité ou d’inventaires.
L’écriture est née simultanément en Mésopotamie et en Egypte vers 3000 avant notre ère, à ce moment là, on écrivait dans toutes les directions, de droite à gauche, de gauche à droite, de haut en bas, de bas en haut.
L’homme va rapidement utiliser ce nouveau moyen de communication pour raconter des histoires, et ensuite s’en servir pour l’enseignement.
On dit que le sens d’écriture de gauche à droite est un sens horizontal dextroverse, c’est la majorité des systèmes d’écriture, en particulier les écritures latines et grecques, dont dérive le français.
Le choix du sens de l’écriture a dépendu des matériaux utilisés comme support, de l’instrument d’écriture et de la position du scribe, en l’absence de tables à écrire.
En l’occurrence, les scribes mésopotamiens écrivaient debout. Ils utilisaient des supports rigides, comme des tablettes d’argile ou de bois recouvertes de cire qu’ils creusaient à l’aide d’ un poinçon. Leur main cachait donc le texte si ils n’écrivaient pas de gauche à droite.
Les Grecs et les Romains ont conservé ce sens dans leurs écritures respectives et notre écriture en dérive directement.
Maintenant que tu sais droitier ou gaucher, tu sais pourquoi, en France, on écrit de gauche à droite!

Hand-writing-exam-classroom

Mais, tu sais aussi que tout le monde n’écrit pas dans le même sens que nous écrivons le français, quand on écrit à l’horizontal de droite à gauche, il s’agit d’un sens dit sinistroverse, c’est le cas de l’arabe et de l’hébreu en particulier.

Et tu as sans doute déjà vu une écriture verticale, comme les hiéroglyphes égyptiens ou les idéogrammes chinois.

Source : Wikimedia Commons


Papa, dis-moi, pourquoi un frigo ça fait du chaud ?

En fait, la réponse est un peu dans la question. Pour qu’un frigo fasse du froid, il faut qu’il fasse du chaud. Logique, non ?! En fait, un réfrigérateur fait du froid mais à l’intérieur. Pour être plus précis, il ne fait pas le froid, il enlève la chaleur pour la rejeter vers l’extérieur. Mais cette chaleur, qu’est ce qu’on en fait ? On ne peut pas la transformer en énergie car cela consommerait beaucoup plus d’électricité que cela en créerait. Alors on la rejette vers l’arrière du frigo où se trouve un radiateur.
Pour être plus précis, on va jouer avec les changements d’états des fluides. Un conduit sous la forme d’un serpentin entrainé par un compresseur met en circulation le fluide qui est de base sous état gazeux. Il va passer de l’état gazeux à l’état liquide puis inversement. Lorsque il passe de l’état liquide à l’état gazeux, il lui faut de l’énergie pour réaliser cette transformation. Cela se passe grâce à l’évaporateur, située en haut du frigo. Cette énergie est pompée dans la chaleur au niveau des aliments et de l’air initialement chaud en haut du frigo. En pompant cette chaleur, cela va refroidir l’intérieur du frigo et tout ce qu’il contient. Puis le fluide gazeux passe dans le compresseur pour l’envoyer vers un serpentin située à l’extérieur : le condenseur. Il transfère la chaleur vers l’extérieur en baissant la pression pour redevenir liquide via condensation, d’où le nom du serpentin. Ce liquide passe ensuite dans un détendeur qui va évaporer pour redevenir un gaz. Lorsque la température du frigo est assez basse, le compresseur s’arrête et le cycle est interrompu. Tu comprends désormais pourquoi il ne faut pas laisser la porte du frigo ouverte en plein été car sinon le compresseur ne s’arrêtera pas et il tentera de refroidir le monde entier.

Frigo : cycle de refroidissement

Zone A : Compartiment chaud (cuisine)
Zone B : Compartiment froid (intérieur du réfrigérateur)
Élément 1 : Condenseur
Élément 2 : Détendeur
Élément 3 : Évaporateur
Élément 4 : Compresseur

Source : Wikimedia Commons


Papa, dis moi, pourquoi lorsqu’on cuit un crabe pour le manger sa carapace devient rouge ?

Tu as adoré, cet été, jouer dans les rochers, et tu y as découvert des crabes. Tu te poses la question pourquoi ils ont une carapace sombre alors que ceux que Papy fait au déjeuner ont une carapace rouge ?
C’est parce qu’ils ont eu chaud à la cuisson et ont rougi! 😉 Mais non je te taquine. Il y a une explication bien scientifique à cela.
Il nous faut parler d’une molécule présente dans la carapace des crabes, l’Astaxanthine. Elle est aussi présente dans les crevettes, le saumon, dans certaines algues, et même dans les plumes des flamands roses !
C’est un pigment, au même titre que le bêta-carotène qui donne sa couleur orange aux carottes.
L’Astaxanthine est solubles dans les graisses et l’huile. Chez les crustacés, comme le crabe, la couleur rouge n’apparaît généralement pas chez l’animal vivant car la molécule est entourée d’une protéine lui donnant une coloration sombre. Pour cuisiner un crabe, comme tu le sais, on le plonge dans l’eau bouillante, ce qui a pour effet de dérouler les chaînes de protéines, on dit qu’elles sont dénaturées, et cela libére la molécule d’Astaxanthine: les crabes deviennent alors rouges.

Cua_cù_kì_luộc

Il existe beaucoup d’espèces de crabe, celle que tu as déjà dû voir sur les étals du poissonnier quand tu étais en vacances chez Papy et Mamy, c’est le tourteau commun. Quel drôle de nom… Pourquoi l’appelle-t-on ainsi ? Son nom latin est Cancer Pagurus, on l’appelle aussi crabe dormeur. Ce surnom vient du fait que si on le déloge de sa cachette, il se met dans une position typique repliant ses pattes et ses pinces sous sa carapace comme si il dormait. Il n’est aussi que très peu actif en journée, préférant s’activer la nuit. On le trouve sur les côtes européennes, mais il est malheureusement de moins en moins présent, et l’espèce se trouve en danger. Il faut tout faire pour une pêche raisonnée et empêcher la disparition de cet animal si fascinant.

Source: Wikimedia Commons


Papa, dis-moi, c’est quoi la couche d’ozone ?

Tu sais quand tu portais des couches autour de toi quand tu faisais tes besoins. La couche d’ozone, c’est un peu la même chose pour la Terre. Je te taquine encore… enfin pas complètement. En fait, la couche d’ozone est une partie de l’atmosphère qui se trouve au dessus des nuages. Elle commence à environ 10 kilomètres du sol, est haute d’environ 40 kilomètres et est composée… d’ozone. Ce gaz est un gaz constitué de molécules d’oxygène. Contrairement à l’oxygène, l’ozone est un gaz toxique pour l’Homme. Mais à quoi sert l’ozone et cette couche ? Son but principal est d’absorber une grande partie des rayons ultraviolet B et C envoyés par le Soleil. Ces rayons sont ceux qui sont le plus dangereux pour la peau des humains, car ils provoquent divers cancers de la peau, des brûlures et peuvent même engendrer de la cécité. Ils sont aussi dangereux pour tous les organismes vivants sur Terre avec une baisse de la photosynthèse pour les végétaux et donc de la production, des mutations de l’ADN chez certains animaux. Cet ozone est le « bon » ozone. Le « mauvais » ozone est celui généré par l’activité humaine : industries, véhicules avec gaz d’échappement. Il se situe dans l’atmosphère juste en dessous du « bon » ozone.
Un souci existe au niveau de la couche d’ozone : il y a un trou. Il a été causé par les CFC ou les ChloroFluoroCarbures et par les gaz halons que l’on utilise principalement dans les aérosols et dans les systèmes réfrigérants. Ce trou atteint une taille d’environ 20 millions kilomètres2 (soit plus de deux fois la taille du Canada) en été et se situe au dessus de l’Antarctique. Un second existe en Arctique du côté asiatique. Pour agir contre ce trou, de nombreux pays appliquent le protocole de Montréal (1987) qui régule l’utilisation des gaz à effet de serre.

Couche d'ozone

Évolution du trou de la couche d’ozone

Source : Wikimedia Commons


Papa dis moi, pourquoi le savon fait des bulles ?

Comme c’est rigolo de faire des bulles de savon dans son bain. Il suffit de prendre un peu de savon dans les mains, le faire mousser avec un peu d’eau, faire un rond avec tes doigts, tu verras une fine pellicule s’y former et en soufflant doucement, tu arriveras à voir une bulle se former et s’envoler.

Doullens_(27_juin_2009)_bulles_de_savon_1a

Mais pourquoi cela est-il possible ?
Pour répondre à cette question, il faut faire un peu de chimie.
Mais qu’est ce que c’est la chimie ?
La chimie est la science qui étudie la composition et les réactions de la matière. Comme tu le sais, nous, la terre, les animaux, les plantes, sommes composés de molécules, et ces molécules peuvent interagir entre elles et former de nouveaux composants.
Dans notre cas, pour fabriquer du savon, on fait ce qu’on appelle une réaction de saponification. Il s’agit d’une réaction chimique entre une matière grasse, comme de l’huile ou du beurre, et une base comme la soude ou la potasse.
Pour la fabrication de savon solide, on utilise la soude. Pour la fabrication de savon liquide, on utilise la potasse.
Pourquoi alors quand on fait mousser le savon avec de l’eau, est-il possible de faire des bulles ?
Il s’agit du résultat de sa composition chimique. Les molécules qui le composent sont dites amphiphiles, elles sont constituées d’une chaîne d’atomes de carbone, et cette chaîne a une extrémité qui repousse l’eau dites hydrophobe et une extrémité qui attire l’eau dites hydrophile.
C’est là qu’entre en jeux une loi physique qu’on appelle la force de London qui maintient une cohésion entre les parties hydrophobes de la molécule de savon. La bulle est donc formée d’eau qui est maintenue entre deux couches de savon par la partie hydrophile de celui-ci.
Cette cohésion est cependant fragile, il est facile d’éclater une bulle de savon. Et comme c’est amusant de jouer à faire des bulles et courir après pour les faire éclater dans le jardin avec papa et maman ! 🙂

Source: Wikimedia Commons