Papa, dis moi…

Papa, dis moi, pourquoi appelle-t-on ça un croque-monsieur ?

Et non, ce n’est pas parce que c’est un monsieur qui est coincé entre deux tranches de mie. Si c’était le cas, je crois que cela ne rentrerait pas dans ta petite bouche. En fait, l’histoire n’est pas certaine. Donc je vais te raconter comment ce mets est né avec les informations que j’ai trouvé. Il faut aller au début du XIXe siècle, en l’année 1910, dans la ville de Paris, dans le boulevard des Capucines, dans une brasserie nommé « Le bel âge ». Le bistrotier, Michel Lunarca, avait une réputation de cannibale sûrement colporté par ses concurrents voisins qui n’appréciaient l’arrivée de ce nouveau café qui avait un certain succès auprès de la haute société. Le patron du bistrot, auquel il manquait du pain pour faire ces sandwichs, aurait décidé de remplacer la baguette par du pain de mie qu’il fit cuire légèrement pour que ces usagers retrouvent le croquant de la baguette. Pour l’origine de la tranche de jambon dans le croque-monsieur, la légende raconte que le bistrotier aurait répondu à ses clients, intrigué par cette tranche de jambon, qu’il s’agissait de la « viande de monsieur ». L’assemblée se serait esclaffée de rire pour commander ce « croque-monsieur ». Le succès fit tel que Mr Lunarca aurait inscrit ce sandwich à sa carte le lendemain.

Croque-monsieur

Le croque-monsieur est composé de deux tranches de pain de mie, avec du jambon et de l’emmental, grillé soit à la poêle, soit au four. Mais le croque-monsieur a aussi de nombreuses variantes dont le croque-madame qui est un croque-monsieur avec un œuf « à cheval » soit un œuf au-dessus. L’ajout d’un ingrédient peut lui donner un autre nom : avec des tomates, il devient le croque provençal ; avec du bleu d’Auvergne, il devient le croque auvergnat ; avec du saumon, il devient le croque norvégien ; avec une rondelle d’ananas, il devient le croque hawaïen.

Source : Wikimedia Commons


Papa, dis moi, pourquoi les oeufs cuits durs sentent mauvais ?

Cuire un œuf, ce n’est pas bien dur, mais il faut quand même respecter les temps de cuisson! 😉

Tout d’abord, voici pour mémoire et/ou pour ceux qui ne le savent pas les faire, les temps de cuisson idéaux pour des oeufs parfaits:

  • un œuf à la coque: 3 min
  • un œuf mollet : 5 min
  • un œuf dur : 10 min
Nous ne parlerons pas ici de l’éternel débat de qui de la poule ou de l’œuf est arrivé le premier, d’ailleurs vous pourriez me dire, avec cette question, d’aller « me faire cuire un œuf ».
Tout le monde a déjà remarqué que les oeufs qui ont cuits trop longtemps ont vraiment une drôle d’odeur.
Posons-nous la question de savoir pourquoi l’œuf dur a cette odeur si désagréable et si caractéristique quand il a été cuit trop longtemps ?

Oeufs cuits durs ou le contraire d'un bon oeuf

Pour cela, il nous faut faire un peu de chimie.
Il faut savoir qu’une température trop élevée déclenche ce qu’on appelle une réaction chimique dans l’œuf.
Qu’est ce qu’une réaction chimique ?
Il s’agit d’une transformation de la matière au cours de laquelle les espèces chimiques qui constituent la matière sont modifiées.
Dans notre cas, la réaction chimique se déroule entre le fer présent dans le jaune de l’œuf et le soufre libéré par les protéines du blanc de l’œuf, libérés lors de la coagulation par la chaleur. Elle résulte en un sulfure de fer gris ou verdâtre. L’odeur des œufs trop cuits provient de la décomposition du soufre en sulfure d’hydrogène libéré dans l’air qui est un gaz nauséabond.
Autre caractéristique, on observe à la limite entre le jaune et le blanc de l’œuf, une fine couche vert bleutée, coloration due à la libération de sulfure de fer.
Bien que cela peut parfois entraîner la perte de certaines qualités gustatives, cette coloration n’est pas dangereuse pour la santé, et les œufs peuvent être consommés sans aucun soucis.
Tu peux aussi rendre tes œufs plus amusants en les décorant pour en faire des lapins, des souris, des canards ou des poules, pour cela tu peux utiliser au choix des brins de ciboulette pour faire les moustaches, des carottes pour faire les yeux, les becs, les crêtes et les pattes, et ainsi de suite selon ton imagination.
Ne boudez donc plus devant des œufs mayonnaises dans votre assiette et bon appétit!

Source: Wikimedia Commons


Papa, dis moi, c’est quoi une « ville » ?

Alors, je vais essayer de te faire cela simple. Toi, ta maman et moi, on vit ici. On a des murs autour de nous et un toit au dessus de la tête. On est dans une maison.
Maintenant, quand on sort, tu arrives sur la route, et quand tu tournes la tête à gauche et à droite, tu vois la rue, qui est en fait un ensemble de maison autour d’une même voie.
Augmentons un peu de distance. Quand on se ballade dans les rues aux alentours, on reste dans le même quartier. En fait, un quartier est un ensemble de rues et donc encore plus de maisons.
Et maintenant un ensemble de quartiers fait une ville. Cela fait vraiment beaucoup de maisons. Donc maintenant quand tu iras se ballader en voiture ou à pied, tu sauras ce qu’est une ville.
Par contre, où s’arrête la ville et où elle commence ?

Panneau d'entrée et de sortie de ville

Quand tu verras un de ces panneaux, ils sont les limites de la ville. Si tu vois celui du haut, tu sors de la ville. Si tu vois celui du bas, tu rentres dans la ville. Souvent quand on quitte une ville (quand on est en province), on arrive dans la campagne, c’est un peu de l’entre-deux-villes. Mais des fois, deux villes peuvent se toucher et donc quand on quitte une ville, on rentre directement dans une autre, comme c’est le cas sur l’image.
Mais au-dessus de la ville, il y a quoi ? Quand on regroupe les villes d’une zone, cela forme en France, un département. Et si on regroupe entre un et quatre ou cinq départements, cela forme une région. Et si on regroupe toutes les régions de France, on a notre pays : la France. Ensuite, tous les pays du monde regroupés et entourés par la mer, cela forme la Terre.

Source : Wikimedia Commons


Papa dis moi, pourquoi met-on des lunettes pour voir un film en 3D ?

Excellente question !
D’abord, qu’est ce que la 3D ?
Aussi appelée trois dimension ou tridimensionnel, c’est ce qui caractérise l’espace qui nous entoure, tel que perçu par notre vision. En effet, tout ce qui est autour de toi, tu peux le définir en terme de largeur, hauteur et profondeur. Pour t’aider, visualise un cube.
Au cinéma, on essaye de plus en plus de reconstituer la sensation naturelle de vision en relief de l’oeil humain.
Comment fonctionne notre vision ?
Il faut savoir que nos deux yeux sont distants de 65 mm environ et de ce fait, n’enregistrent pas la même image.
Les images ainsi reçues au fond de l’oeil sur la rétine, sont assemblées par notre cerveau pour donner la perception d’une seule image.
Néanmoins, nous ne sommes pas tous égaux devant la 3D, il existe des personnes souffrant de troubles de la vision, comme le strabisme ou la myopie, qui ne la perçoive pas bien. Cependant, comme tout organe, les yeux et leurs muscles peuvent travailler, et avec certains exercices on peut habituer nos yeux à voir la 3D.
Nous devons également tenir compte du phénomène de la persistance rétinienne, c’est à dire que les images restent un certain laps de temps sur la rétine. On se sert de ce principe pour avoir l’impression du mouvement, en fait quand tu regardes un film au cinéma, tu as 24 images par seconde qui passent devant tes yeux.
Tu peux d’ailleurs faire une expérience toute simple avec un crayon papier et un cahier, c’est ce que l’on appelle un folioscope: utilise le coin d’un cahier et dessine un personnage en mouvement, en décomposant bien image par image son mouvement, fait ensuite défiler les pages très vite et tu verras ton personnage s’animer devant tes yeux.
Et où intervient la 3D alors ?
Voici une vidéo diffusée sur Arte dans l’émission le Truc qui l’explique très bien:
Emission Le Truc – Les images en relief – vidéo Arte TV

Le principe de l’image 3D consiste à leurrer notre cerveau, en utilisant le principe de la stéréoscopie, pour lui donner l’illusion de perception de deux images dissociées, afin qu’il reconstitue le relief.
Pour ce faire, c’est simple, les images sont filmées simultanément avec deux objectifs, placées au même écart que les yeux.

Lunettes_3DSource Wikimedia Commons

C’est ensuite là qu’interviennent les lunettes, il existe trois types de techniques:
La plus ancienne technique est appelé anaglyphe, les lunettes ont pour fonction de filtrer et ne laisser passer qu’une seule des deux images. Elle repose sur l’utilisation de filtres de couleurs complémentaires. L’image droite est rouge, l’image gauche est bleue. Tu as déjà dû voir ces lunettes dont l’oeil droit est route et donc l’oeil gauche est bleu ? Le résultat est que chaque oeil ne voit plus qu’une seule des deux images.Cette technique n’offre pas un rendu optimal en ce qui concerne la résolution des images et la restitution des couleurs.
La projection passive ou polarisante est une autre technique, c’est la technique la plus utilisée aujourd’hui. Devant l’objectif du projecteur numérique, un boîter est rajouté afin de polariser en inverse les images pour l’œil droit et l’œil gauche. Les lunettes polarisantes ont pour rôle que chaque œil ne reçoit que les images qui lui sont destinées. Cette technique nécessite l’emploi d’un écran métallisé ou argenté, afin de conserver la polarisation de la lumière réfléchie.
La projection active ou alternée est moins utilisée mais tend à remplacer progressivement la projection passive. On ne projette plus les images associées à chaque œil simultanément mais alternativement. Pour trier les images, les lunettes entrent en synchronisation avec l’écran de cinéma, et chaque verre se ferme et s’ouvre alternativement, jusqu’à plusieurs centaines de fois par seconde.
Peut être qu’un jour nous n’aurons plus besoin de lunettes pour voir les films en 3D au cinéma. On peux le penser avec l’arrivée des téléviseurs 3D sans lunettes ou téléviseurs auto-stéréoscopique, car là c’est directement l’écran qui affiche l’effet relief.

Papa, dis moi, c’est quoi un « mois » ?

En fait, tu parles de « moi » ou de « mois » ? Il y a « moi » qui te représente quand tu parles de toi, mais je pense que tu parles de « mois » qui est une unité de temps. Unité de temps… commençons simple. Tu as la seconde… cela est l’instant le plus court. Une seconde, c’est le temps qu’il faut pour te dire « Papa » ou « Maman ». Tu la multiplies par soixante et tu as la minute. Tu la multiplies de nouveau par soixante et tu as l’heure. Une heure, c’est aussi quand la grande aiguille de l’horloge à faire une fois le tour. Avec vingt-quatre heures, tu as une journée. Cette unité de temps, pour la reconnaître : elle commence quand tu dors, ensuite elle continue, quand tu te lèves et que tu vas chez la nounou ou à la maternelle, puis quand je te récupère le soir, et finit quand tu te couches. Ou si tu vois l’horloge, c’est quand la petite aiguille de l’horloge a fait deux fois le tour. Tout cela représente une journée.

Horloge, la notion de temps : seconde, minute, heure, jour, semaine, mois et année

Ensuite, tu as la semaine, c’est égal à sept jours : cela commence le lundi quand Papa et Maman partent au travail, auquel s’ajoute cinq jours (le nombre de doigts sur ta main) pour finir avec le dimanche après un week-end à s’être amusé et baladé avec toi. Et maintenant, tu as le mois, c’est environ quatre semaines et demi. Pour t’en rappeler, cela commence quand la lune est pleine, et qu’elle redevient pleine après être passé par les autres phases : pleine lune, premier quart de lune, demi-lune et dernier quart de lune. Les mois, si tu en prends douze, tu auras une année. Alors pour te donner un repère, je vais te donner une date référence qui va te faire rêver : Noël. Quand tu fêtes Noël ou ton anniversaire, un an se sera passé quand tu le fêteras de nouveau. Et voilà, maintenant tu sais qu’un mois dure longtemps.

Source : Wikimedia Commons