Papa, dis moi…

Papa, dis-moi pourquoi les mariés portent leur bague à l’annulaire ?

Tu vois très rapidement que « annulaire » ressemble à « anneau » qui est un synonyme de « bague ». C’est normal, car « annulaire » dérive du mot latin « annulus » qui voulait « bague ». Pour tout savoir, il faut remonter au temps des grecs et des romains. En fait, au 3ème siècle avant Jésus Christ, chez les médecins Grecs, la croyance était que l’annulaire ou le « troisième doigt », comme les Grecs l’appelaient, était relié directement au coeur via une artère, la veine de l’amour ou « vena amoris », en latin. Les grecs portaient donc cet anneau à l’annulaire, en contact direct avec le coeur, pour que l’anneau mis au doigt est encore plus d’importance et pour que l’anneau protège cette veine. Après que les Romains aient conquis les Grecs et que les chrétiens soient arrivés à Rome, la tradition est restée puis s’est trouvée absorbée par la religion chrétienne. Désormais, pendant la cérémonie d’union des mariés, à l’église, le jeune époux, en tenant la main gauche de la future mariée, placait l’anneau d’abord en haut de l’index en disant « Au nom du père », puis continuait vers le majeur en disant « Au nom du fils » et finissait par glisser la bague à l’annulaire en disant « Et du Saint-Esprit, Amen ».

Bague de mariage

L’anneau se porte donc à la main droite dans les pays de croyance chrétienne mais, dans les pays de langue germanique (Suisse, Autriche et Allemagne), l’anneau se porte à la main droite. Cette tradition d’anneau à la main droite est restée uniquement dans les coutumes chrétiennes. Ainsi, chez les orthodoxes, l’alliance est portée à l’annulaire de la main droite. Et, chez les juifs, l’alliance est passée à l’index droit de la jeune épouse. Chez les hindoux, ce n’est pas à la main que l’anneau est portée mais au deuxième orteil du pied.

Source : Wikimedia Commons


Papa, dis-moi pourquoi dit-on « casser la croûte » ?

Le mot croûte vient du latin crusta, ceci désigne la partie extérieure dure du pain. Quant au mot casser, il vient du latin quassare, qui veut dire secouer, mais il a ici le sens de broyer, manger. A la fin du 18 ème siècle, l’expression casser la croûte c’était partager son pain. Au 19 ème siècle, le pain étant l’aliment de base pour la population, le mot croûte a alors pris le sens plus large de nourriture. L’expression désignant alors l’action de manger un repas simple et plutôt rapide. On peux parler de manger « sur le pouce », expression utilisée depuis la même époque, du fait que le pouce est beaucoup utilisé quand on manie le couteau pour couper le pain.

Croûte de Pain

On utilise également l’expression de casse-croûte, qui désigne un repas très simple ou bien un sandwich. Au 19 ème siècle, c’était le repas sommaire que prenaient les ouvriers pendant leur pause au travail. A l’origine, c’était aussi un outil pour broyer les croûtes de pain à l’usage des vieillards édentés.

De nos jours, nous prenons plus ou moins souvent des repas rapides. Ce n’est pas toujours par manque de nourriture, et ils ne sont pas toujours à base de pain. Souvent décriés en terme de qualité nutritionnelle, on parle aujourd’hui de Fast Food, ou bien de Street Food, littéralement « nourriture rapide » et « nourriture de rue ».

Source: Wikimedia Commons


Papa, dis-moi pourquoi les arbres perdent leurs feuilles en automne ?

Il faut que tu imagines l’arbre un peu comme quelque chose qui est comme toi ou comme moi. Il respire, il mange, il vit. Il y a quelques différences : on inspire de l’oxygène et on expire du gaz carbonique ; pour l’arbre, c’est l’inverse, il inspire du gaz carbonique et il expire de l’oxygène.
Ce gaz carbonique est ensuite mélangé à l’eau qui vient des racines et qui est transformé en nutriments pour l’arbre. Cette transformation chimique s’appelle la photosynthèse : elle est réalisée grâce à l’énergie du soleil et à la chlorophylle, un pigment assimilateur contenu dans les feuilles qui donne aussi cette couleur verte aux plantes. Maintenant, tu vois la relation entre soleil et chlorophylle.
Imagine maintenant la période de l’automne. A cette période, les jours raccourcissent, la durée d’ensoleillement aussi. Cela apporte alors moins d’énergie solaire à l’arbre qui va effectuer moins de photosynthèse mais aussi produire moins de chlorophylle. Ce sont deux autres pigments qui, d’habitude cachés par le vert, vont apparaitre : les anthocyanines qui donne cette couleur rouge, les carotènes pour l’orange et les xanthophylles pour le jaune. Mais si l’arbre a moins d’énergie, alors la production de nutriments va aussi baisser et donc la nourriture apportée aux feuilles. Par manque de soleil et de nutriments, la feuille va mourir jusqu’à se décrocher de l’arbre. Afin de faire mourir la feuille, l’arbre forme à la base de la feuille un petit bouchon afin d’empêcher la sève de circuler.

Feuilles en Automne

Au final, les feuilles tombent de l’arbre plus par nécessité, plutôt que par caprice, car il faut réussisse à garder assez d’énergie pour pouvoir passer l’hiver. Les feuilles tombés au sol forment de l’humus en se décomposant et, au fil du temps, les nutriments se minéralisent et peuvent être réabsorbés par les arbres pour boucler la boucle.

Source : Wikimedia Commons


Papa, dis-moi pourquoi les asperges sont-elles vertes ?

L’asperge est originaire du bassin méditerranéen. Son nom vient du grec_ asparagos_ qui veut dire pousse, c’est en effet cette partie de la plante que nous mangeons. Les romains la cultivait déjà 200 ans avant JC. En france, elle est cultivée depuis l’antiquité, mais la mise au point des variétés date du 18ème siècle.

Asperges

Tu me parles de l’asperge verte, c’est ce qui se rapproche le plus de la plante d’origine, d’ailleurs les asperges sauvages poussent toujours notamment dans le midi de la france, dans des sols bien drainés et sablonneux.

Elles sont vertes comme beaucoup de plantes, car elles font ce qu’on appelle la photosynthèse. C’est un mécanisme qui permet aux plantes de synthétiser de la matière organique en utilisant la lumière du soleil, celui ci est possible grâce a une molécule, appelée la chlorophylle. C’est cette molécule qui a pour rôle de capter la lumière et de réaliser la photosynthèse. Pourquoi cette couleur verte ? Et bien tout simplement parce que, comme nous l’avons vu pour les arcs-en-ciel, la lumière est composée d’une multitude de couleurs dont chacune a une longueur d’onde particulière. Les asperges n’échappent pas aux lois de la physique, du coup, elles ont la couleur correspondant aux ondes qu’elles n’absorbent pas, c’est à dire le vert !

Sais tu aussi que les asperges peuvent prendre d’autres couleurs ? En effet, elle peuvent aussi être de couleur blanche ou violette. Les asperges blanches ne voient pas le jour, elles sont recouvertes de terre et pousse ainsi à l’abri de la lumière et de l’air. Pour obtenir la couleur violette, on laisse échapper de sa butte l’asperge blanche et la pointe devient mauve sous l’effet de la lumière.

Source: Wikimedia Commons


Papa, dis-moi pourquoi les vaches ont des cloches à la montagne ?

Si je te dis, cela te fait penser à Pâques et au chocolat et donc cela n’a absolument rien à voir. En fait, il faut savoir qu’à la montagne, les herbages pour les vaches peuvent s’étendre sur de très grandes distances sans limites de terrain. Les vaches paissent alors tranquillement en liberté dans les prairies tandis que l’éleveur fait son travail quotidien. Mais à ce moment, comment voir où sont les vaches ? C’est là qu’interviennent les cloches. Avec de l’habitude, elles permettent au bruit de savoir à quelle distance et dans quel coin les vaches sont et ce qu’elles sont en train de faire. Ainsi, une vache en train de marcher ne va pas faire le bruit qu’une vache qui se gratte le cou contre un arbre. De plus, certaines cloches peuvent être façonnés de façon à ne pas faire le même bruit et ainsi identifier la vache en fonction de son bruit. Ensuite, la cloche est utile sur un deuxième point. A la montagne, les éleveurs ont souvent peur des prédateurs qui pourraient attaquer leurs bêtes comme par exemple, les loups ou les ours, après un hiver rigoureux et affamant. Le fait que les vaches aient cette cloche ferait alors fuir les prédateurs par le bruit. Ainsi, la cloche a alors un effet dissuasif contre les prédateurs et un effet informatif pour les éleveurs de vaches.

Cloche de vache

Il y a de nombreuses décennies, il n’y avait pas que les vaches qui portaient des cloches mais tous les animaux d’élevage : moutons, chèvres et vaches. De plus, tout un folklore existe dans les montagnes autour des cloches. En Suisse, principalement, ces « cloches à vaches » ou sonnailles sont utilisés comme instruments de musique. Le son est modulé en fonction de l’endroit où le musicien frappe la cloche, et de comment il assourdit le son avant sa main.

Source : Wikimedia Commons