Papa, dis moi …

Papa, dis-moi pourquoi la Marseillaise est l’hymne français ?

Tu as dû apprendre à l’école, la Marseillaise, et on t’a expliqué que c’était l’hymne national français. C’est quoi un hymne national et surtout pourquoi le nôtre s’appelle la Marseillaise ?

Un hymne national est la plupart du temps un chant patriotique, il est choisi pour l’usage officiel par le gouvernement. Tu peux, par exemple, l’entendre au début d’un match de foot ou bien pendant la remise des médailles lors des Jeux Olympiques.

Pour la France, tu l’as appris c’est la Marseillaise. Au Royaume-Uni et en Nouvelle-Zélande, c’est un autre chant appelé God save the Queen (en français Que Dieu protège la Reine). Il en existe beaucoup d’autres, aux États-Unis, par exemple, c’est The Star-Spangled Banner (en français la Bannière étoilée) qui constitue l’hymne national, c’est à la base un poème écrit en 1814 par Francis Scott Key.

Mais revenons-en à la Marseillaise. A l’origine, elle s’appelait le chant de guerre pour l’armée du Rhin.
C’est en avril 1792, que le poète Claude Joseph Rouget de Lisle, officier du génie en poste à Strasbourg, lors de la guerre avec l’Autriche, écrit un chant guerrier pour l’armée française. La légende veut qu’il l’aurait composé en une nuit, entre le 25 et 26 avril.

Drapeau français

François Mireur, qui se destinait à une carrière de médecin, s’engagea dans l’armée, en pleine période de Révolution. Le général, avant de partir pour la campagne d’Egypte, se rendit à Marseille pour organiser la fusion des volontaires de Montpellier et de Marseille qui s’engageaient pour combattre l’Autriche. Il mis au point leur marche conjointe en utilisant le chant de Rouget, et le fait paraître sous la titre de Chant de guerre aux armées aux frontières.

Le 10 août 1792, journée décisive pour le Révolution après le 14 juillet, Louis XVI est installé au Palais des Tuileries. La plupart des historiens qualifient cette journée de seconde Révolution. Les Marseillais viennent prêter main forte aux révolutionnaires en entonnant leur chant. Les Tuileries sont prises, la monarchie abolie au profit de la République. Pour les Parisiens, ce chant est celui des Marseillais venus mettre un terme à la tyrannie. Il devient la Marseillaise.

Il est choisi comme hymne national le 14 juillet 1795, puis retiré en 1804, pour finalement redevenir notre hymne officiel sous la 3ème République en 1879.

Pour ceux qui ne connaissent pas les paroles, les voici :

Allons enfants de la Patrie
Le jour de gloire est arrivé !
Contre nous de la tyrannie
L’étendard sanglant est levé
Entendez-vous dans nos campagnes
Mugir ces féroces soldats?
Ils viennent jusque dans vos bras.
Égorger vos fils, vos compagnes!

Aux armes citoyens
Formez vos bataillons
Marchons, marchons
Qu’un sang impur
Abreuve nos sillons

Que veut cette horde d’esclaves
De traîtres, de rois conjurés?
Pour qui ces ignobles entraves
Ces fers dès longtemps préparés?
Français, pour nous, ah! quel outrage
Quels transports il doit exciter?
C’est nous qu’on ose méditer
De rendre à l’antique esclavage!

Quoi ces cohortes étrangères!
Feraient la loi dans nos foyers!
Quoi! ces phalanges mercenaires
Terrasseraient nos fils guerriers!
Grand Dieu! par des mains enchaînées
Nos fronts sous le joug se ploieraient
De vils despotes deviendraient
Les maîtres des destinées.

Tremblez, tyrans et vous perfides
L’opprobre de tous les partis
Tremblez! vos projets parricides
Vont enfin recevoir leurs prix!
Tout est soldat pour vous combattre
S’ils tombent, nos jeunes héros
La France en produit de nouveaux,
Contre vous tout prêts à se battre.

Français, en guerriers magnanimes
Portez ou retenez vos coups!
Épargnez ces tristes victimes
À regret s’armant contre nous
Mais ces despotes sanguinaires
Mais ces complices de Bouillé
Tous ces tigres qui, sans pitié
Déchirent le sein de leur mère!

Nous entrerons dans la carrière
Quand nos aînés n’y seront plus
Nous y trouverons leur poussière
Et la trace de leurs vertus
Bien moins jaloux de leur survivre
Que de partager leur cercueil
Nous aurons le sublime orgueil
De les venger ou de les suivre!

Amour sacré de la Patrie
Conduis, soutiens nos bras vengeurs
Liberté, Liberté chérie
Combats avec tes défenseurs!
Sous nos drapeaux, que la victoire
Accoure à tes mâles accents
Que tes ennemis expirants
Voient ton triomphe et notre gloire!

Source: Wikimedia Commons


Papa, dis-moi pourquoi les nuages ne tombent pas ?

C’est exactement ce que dirait Astérix, par Toutatix. Beaucoup de personnes croient que les nuages sont composés de vapeur d’eau. Cela pourrait être le cas vu que la vapeur d’eau est moins dense, donc plus légère que l’air. Mais comme la vapeur d’eau est invisible, on ne verrait alors pas du tout les nuages. On va plutôt rapprocher les nuages d’un brouillard à forte altitude. Ils sont donc toujours bien composés d’eau mais à l’état liquide et non pas à l’état gazeux. Mais si ils sont à l’état liquide, pourquoi ne tombent ils pas ?
Les nuages sont de l’eau à l’état liquide. Pour être plus précis, ce sont des ensembles de millions de gouttes d’eau dont la taille est située entre le millième et le centième de millimètre. Mais à l’état liquide, l’eau est plus dense que l’air sauf que dans les cas des nuages, elles ont une très grande surface. Donc quand elles tombent, l’air soumet une forte résistance au nuage. C’est le même principe qui est appliqué à un parachute ou aux ailes d’un avion. Les nuages tombent donc mais très lentement. Le moindre courant d’air chaud donc ascendant fera d’abord stationner les nuages avant de les faire remonter. Par contre, un courant d’air froid soumettra moins de résistance et fera alors descendre en altitude le nuage. Lorsqu’il pleut, ces fines gouttelettes se regroupent pour former une goutte plus grosse, qui devient tellement lourde que l’air ne peut la ralentir et tombe ainsi vers le sol. C’est pour cela que l’on reçoit des gouttes d’eau dans la figure et que l’on n’est pas dans un nuage.

Nuages de pluie

C’est cette même raison qui peut expliquer les nuages de poussières et pourquoi la poussière ne retombe pas au sol, alors qu’un grain de poussière est encore plus dense qu’une goutelette d’eau.

Source : Wikimedia Commons


Papa, dis-moi pourquoi une barbe à papa s’appelle comme ça ?

Quel bonheur d’aller à la fête foraine, et outre les pommes d’amour et les manèges, tu peux aussi manger une barbe à papa! Quelle est l’origine de cette drôle de confiserie et pourquoi s’appelle-t-elle ainsi ?

D’abord, tout simplement car elle ressemble à une barbe.

Cette confiserie est confectionnée avec du sucre, souvent coloré en rose, qui est transformé en filaments et enroulé autour d’un bâtonnet, jusqu’à former une boule dont l’aspect fait penser à du coton. D’ailleurs, aux Etats-Unis, cela s’appelle cotton candy.

Barbe à Papa

La machine qui en permet la fabrication se compose d’un baquet central qui tourne sur lui-même. On y dépose du sucre et un colorant alimentaire (rose mais on peux aussi en faire d’autres couleurs). A l’intérieur du baquet, on trouve des résistances électriques qui chauffent le sucre jusqu’à sa température de fusion, qui est de 165°C sans eau, ce qui rend le sucre liquide. Ensuite, intervient un phénomène physique, qu’on appelle la force centrifuge, c’est le phénomène qui a tendance à éloigner les corps du centre de rotation. Tu peux ressentir ça par exemple dans la voiture de papa et maman quand ils prennent un virage, tu es emporté vers un côté.

Par la force centrifuge, donc, le sucre fondu va s’échapper par de petits orifices placés au sommet du cône central. Au contact de l’air, plus frais que l’intérieur de la machine, le sucre refroidi et se solidifie sous forme de filaments, il ne reste plus qu’à récupérer ses filaments sur un bâton et former la fameuse barbe à papa. Miam, il ne reste plus qu’à déguster !!
L’épaisseur des filaments dépend de la vitesse de rotation de la machine : plus elle tourne vite et plus c’est fin.

C’est en 1897 que la machine pour faire la barbe à papa fût inventée par William Morrison, un dentiste, et John Wharton, un confiseur, à Nashville au Tennessee. Ils remportèrent un énorme succès à l’Exposition universelle de 1904 de Saint-Louis. Malgré un prix de 25 cents l’unité, la moitié du prix d’admission à la foire, ils en vendront 68655. A l’époque, cette foire est la plus importante jamais réalisée. Par moins de 1500 bâtiments la compose. Une visite complète prend au moins une semaine. L’exposition accueille 62 pays étrangers et 43 des 45 états américains de l’époque. Chacun mettant en avant leurs industries et leurs cultures.
Mais comme tu dois le savoir, Barbapapa c’est aussi une série de livres pour enfants, adaptée en série télévisée.
Les héros sont des personnages en forme de poire de diverses couleurs qui ont la capacité de changer de forme à volonté. C’est un couple qui eut l’idée de les créer en 1970 alors qu’ils se promenaient au jardin du Luxembourg, Talus Taylor entend un enfant réclamer à ses parents une barbe à papa. Ne parlant pas français, il demande à Annette Tison, son épouse, ce que c’est, elle lui explique alors ce qu’est cette confiserie.

Source : Wikimedia Commons


Papa, dis-moi pourquoi l’herbe est mouillée le matin ?

Tu dis cela parce que tu as encore les chaussures mouillées. Deux solutions s’offrent à toi : soit il a plu cette nuit, soit c’est la rosée. Ce n’est pas le première solution donc c’est la deuxième solution. Mais c’est quoi la rosée ? Du jus de rose ? une eau de couleur rose ? Non, ce sont de minuscules gouttes d’eau. Mais d’où vient-elle ? Je vais te le montrer via une petite expérience : positionnes toi devant une fenêtre, et souffle sur la vitre ; quand tu vois que la vue à travers la vitre se brouille, tu continues de respirer encore et encore. Au bout d’un moment, des gouttelettes d’eau vont apparaître pour former de la buée. C’est la vapeur qui est contenue dans ton souffle qui va ainsi passer de l’état gazeux (souffle) à l’état liquide (gouttelettes d’eau) lorsque le souffle va rencontrer la paroi de la vitre qui est plus froide que le souffle. C’est le même principe qui se passe la nuit. Si la nuit est froide et qu’il n’y a pas trop de vent, la vapeur d’eau qui est contenue dans l’air va former au contact de tout élément plus froid, donc au plus près du sol comme les brins d’herbe, des gouttelettes d’eau comme le souffle avec la vitre. Mais pourquoi la nuit et près du sol ? Tout d’abord, la nuit est plus propice car le Soleil n’étant pas présent, les rayons solaires ne réchauffent plus la Terre, et la température ambiante baisse. Et pour la zone la plus proche du sol, c’est de la physique : tout les gaz chauds étant plus légers montent tandis les gaz froids, donc plus denses et plus lourds se mettent en bas. Pour finir, la rosée va s’évaporer dés les premiers rayons du Soleil tout simplement

Toile d’araignee avec la rosée du matin

Source : Wikimedia Commons


Papa, dis-moi pourquoi dit-on bâbord et tribord sur un bateau ?

Les beaux jours sont de retour, c’est le moment d’aller au bord de la mer et tu vas peut-être avoir l’occasion de faire du bateau. Tu auras alors l’occasion de te familiariser avec les termes nautiques tels que bâbord et tribord.

Le terme bâbord est utilisé pour qualifier la gauche du bateau, tandis que le terme tribord est utilisé pour la droite.

Pour te souvenir de quel mot désigne quel côté, il existe un moyen mnémotechniques basés sur les préfixes, tu peux t’imaginer le mot bateau, la syllabe « ba » est à gauche comme bâbord, et le t de la syllabe « teau » est à droite comme tribord.

Monet 1871 Bâteaux en Hollande

L’origine des termes bâbord et tribord vient du néerlandais. Au 15ème siècle, la Hollande est un pays dont la Marine était très puissante. A cette époque, les bateaux étaient dirigés avec un gouvernail fixé sur la droite de l’embarcation quand on regarde vers l’avant du bateau, ce qu’on appelle la proue. En néerlandais, le côté gouvernail s’appelait « stierboord », stier voulant dire gouvernail et boord signifiant côté, et donc les marins tournaient le dos à l’autre côté, le côté gauche, qui s’appelait alors « bakboord », bak voulant dire dos et boord signifiant côté. C’est ce qui a donné en français, les termes tribord et bâbord.

Entre le 17ème et 18ème siècle, suite à une évolution du mot, le s de bas-bord disparu au profit d’un accent circonflexe sur le a de bâbord.

Il existe tout un glossaire propre à la navigation maritime sur les différentes pièces d’un bateau. Mais outre les termes bâbord et tribord, il est utilisé un langage propre pour faciliter la navigation maritime. Tu as déjà pu entendre dans les films, lors des communications entre les bateaux militaires, le personnel utilisent un langage codifié. C’est ce qu’on appelle l’alphabet phonétique de l’OTAN, aussi appelé l’alphabet radio international. Il est issu des différents alphabets radio utilisés par les armées américaines et a remplacé les alphabets radio nationaux. Il a été généralisé par l’OTAN (Organisation du Traité de l’Atlantique Nord)

Dans ce langage, les lettres correspondent à des mots à savoir:
Alpha, Bravo, Charlie, Delta, Echo, Foxtrot, Golf, Hotel, India, Juliett, Kilo, Lima, Mike, November, Oscar, Papa, Quebec, Romeo, Sierra, Tango, Uniform, Victor, Whiskey, X-ray, Yankee, Zulu.

Source : Wikimedia Commons

Page 3 sur 32 12345102030Dernière page »