Papa, dis moi…

Papa, dis moi, pourquoi les autruches ne volent pas ?

Aujourd’hui, tu as été au zoo avec papa et tu y as vu des autruches. Quel drôle d’animal ! C’est un oiseau ? Pourtant elles ne volent pas ! Mais pourquoi ?

Et bien en fait tous les oiseaux ne volent pas. L’autruche est un oiseau qu’on appelle aptère. Elle a su pallier cette incapacité à voler par d’autres atouts. Infatigable marcheuse, elle fait partie d’un groupe d’oiseaux appelé les Ratites. Plusieurs autres oiseaux sont proches des autruches, comme les émeus, les nandous, les casoars et les kiwis.

Ces animaux ne volent pas car ils possèdent des caractéristiques morphologiques bien spécifiques, leur sternum ne possède pas de bréchet qui est une excroissance osseuse au niveau du sternum où vient s’ancrer la masse musculaire qui permet le battement des ailes. Les muscles pectoraux et les clavicules, nécessaires au vol, sont également atrophiés. Les plumes sont également différentes, elles ne sont pas en rangs serrés et ne sont pas imperméabilisées, ce qui ne permet pas le vol.

Autruches

L’autruche a néanmoins d’autres atouts, ses pattes sont puissantes, elles sont terminées par des pieds à deux orteils qui lui permettent d’atteindre la vitesse de course de 70 km/h. L’un des orteils est armé d’une griffe acérée dépassant 6 cm de long. C’est une véritable dague qui rend dangereux les coups de pied de cet animal.
C’est un oiseau très lourd avec un poids d’environ 150 kilos. Elle vit généralement entre 12 et 20 ans.

Autre particularité des autruches se sont ses œufs! Ils mesurent environ 16 cm de haut et 13 cm de large avec une coquille épaisse de 2 mm. Ils pèsent environ 1,5 kilo. Soit l’équivalent d’environ 25 œufs de poules, imagine de quoi faire une super omelette! Ce qui est impressionnant, c’est l’épaisseur de sa coquille. Aucun risque de le casser en le faisant tomber par terre, pour l’ouvrir, il faut y aller avec un marteau et une scie !

On trouve surtout l’autruche dans les steppes et savanes africaines, mais également, de nos jours, sous nos latitudes, dans des élevages. Les élevages d’autruches produisent de grandes quantités de viande rouge d’excellente qualité, plus riche en protéines et fer que le boeuf mais comportant moins de matière grasse, ainsi que des œufs, du cuir, des plumes et même de l’huile.

Tu vois à quel point l’autruche est un animal passionnant !

Source: Wikimedia Commons


Papa, dis-moi, pourquoi dit-on « allô » au téléphone ?

Promis, cela n’a rien à voir avec Nabilla. Surtout pas. C’est par ce mot que commence un grand nombre de conversations téléphoniques, comme par exemple, quand on appelle ta tante ou ton grand-père. Ce petit mot viendrait d’une francisation du mot « hello » qui veut dire « bonjour » ou « salut » en anglais. Mais qui lui-même viendrait d’une modification de l’expression « hollo » que l’on utilisait en criant lors des parties de chasse pour dire que l’on avait repéré le gibier. Il pourrait aussi venir du mot « hallow » qui est utilisé par les marins de la « Perfide Albion » ou Royaume-Uni si vous préférez pour se saluer en disant « Soit béni » ou du « halloo » utilisé au XIe siècle par les bergers normands en Angleterre pour rassembler leur troupeau ou bien du hongrois « hallom » qui signifie « Je vous entends ». Même si il y a plusieurs origines, le principe reste le même qui est de héler une personne, un animal ou un groupe pour attirer l’attention. Au final, la première ligne téléphonique date de 1877, on voit apparaître le mot « hello » dès 1880 et la version francisée « allô » dès 1890.

Téléphone

Une légende existerait sur l’inventeur du télégraphe et du phonographe, Thomas Edison, qui aurait utilisé le mot « hello » le premier par téléphone. Par contre, l’inventeur du téléphone (ou celui qui a l’a breveté), Graham Bell, aurait utilisé le mot « Ahoy », comme sur les navires.
En France, c’est le mot « allô » qui est utilisé pour introduire une conversation téléphonique. Dans d’autres pays, ce sont d’autres interjections qui sont utilisés : « Pronto » pour l’Italie, « Moshi Moshi » pour le Japon, « Wei » pour la Chine, « Digame » pour l’Espagne, « Bueno » pour le Mexique, « Anno » pour la Russie, « Hallo » pour l’Allemagne, « Hallå » pour la Suède.

Source : Wikimedia Commons


Papa, dis-moi, où vont les escargots en hiver ?

Pour moi, ils doivent quitter leurs coquilles pour trouver de beaux endroits tout chaud… En fait, ce n’est pas du tout cela. Il faut savoir que les escargots vivent de courtes périodes d’activité mais intensément. Pendant ces périodes, ils constituent leurs réserves et cela leur permet d’avoir une vie au ralenti qui dure beaucoup plus longtemps. Ces périodes d’activité et de repos relativement fréquentes lui permettent de vivre assez longtemps. Pour un escargot, ou un cagouille en Charente, l’hiver est une période de long repos et, par conséquent, de temps où l’escargot ne mange pas. Il doit donc arriver à cette période en ayant accumulé un maximum de réserve, car cette période de jeûne peut durer de 4 à 6 mois. En gros, l’escargot va commencer à hiberner dès que la température arrive sous les 12 à 15°C. Avant cela, il commence par creuser une petite cavité dans la terre, il s’y retourne et ensuite, il va obturer sa coquille par un opercule à base de bave. A partir de là, sa consommation en oxygène va baisser, suivi de toutes ces fonctions vitales dont les battements du cœur qui vont passer de 100 par minute en été à 1 par minute sous les 0°C. D’autres animaux de cette taille utilisent l’enfouissement lors de l’hibernation : lombric, grenouille, couleuvre, etc. Mais dès la belle saison, tout le corps redevient actif dès que la chaleur remonte.
Je vais en profiter pour te donner d’autres informations sur les escargots : on appelle la culture d’escargots, l’héliciculture. Les escargots sont des hermaphrodites imparfaits, c’est-à-dire qu’ils ont les deux sexes mais ne peut s’autoféconder et ont donc besoin d’un partenaire pour pouvoir procréer. Il existe environ 2 millions d’espèces connus, et on estime à 3 millions le nombre d’espèces non répertoriées.

Escargot

Source : Wikimedia Commons


Papa, dis moi, quand est-ce qu’on a inventé les lunettes ?

Maman vient de te dire qu’elle t’emmène demain chez l’ophtalmologiste! Ou là là mais qu’est ce que c’est que ce drôle de médecin… Elle t’explique que tu vas peut être porter des lunettes comme elle et papa.
Tu commençais à plisser des yeux pour voir le tableau à l’école, la maîtresse a donc dit à Papa et Maman qu’il fallait aller consulter pour ça, alors te voilà dans le siège chez l’ophtalmologiste avec de drôles de lunettes sur le nez et le médecin te demande de lire des lettres affichées sur le mur en face de toi. Il glisse régulièrement des verres, un coup à gauche, un coup à droite et te demande si c’est plus flou ou moins flou, comme ci, ou comme ça. Et puis voilà, c’est terminé, il inscrit une série de chiffres sur une feuille qu’il donne à maman. Ensuite, nous partons direction l’opticien pour choisir mes nouvelles lunettes.
Il faut voir deux personnes différentes pour avoir des lunettes, d’abord, l’ophtalmologiste, qui est le médecin des yeux et ensuite, l’opticien qui est celui qui fabrique les lunettes.
Pendant les essayages chez l’opticien, une paire bleue, non une paire rouge, une paire carré, non plutôt rondes… Tu te mets à te demander depuis combien de temps nous portons des lunettes et qui a eu l’idée de les inventer ?

Papa, dis moi, quand est-ce qu'on a inventé les lunettes ?

C’est au Moyen Âge qu’on voit se développer ce qui s’approche des lunettes et qu’on appelle la pierre de lecture. C’est une sorte de loupe grossissante posée sur le texte qui facilite la lecture pour les personnes souffrants de problème de vue. Avant d’être en verre, elles étaient réalisées en pierre semi-précieuse ou en cristal de roche, le verre de l’époque avait, de part sa fabrication, trop d’impuretés et de bulles.
Au 13ème siècle à Florence, le physicien Salvino Degli Armati met au point une paire de verres enchassée dans un cercle de bois. C’est le début de la lunetterie et de l’ophtalmologie en Italie.
Les premières bésicles, grosses lunettes sans branches se fixant sur le nez, apparaissent à Venise. Elles permettent de se différentier des pierres de lecture des moines copistes par la vision binoculaire qu’elles permettent.
L’invention de l’imprimerie ne fait qu’augmenter la demande de lunettes.
En 1728, l’opticien anglais Edward Scarlett crée les premières montures avec de courtes branches, appelées lunettes à tempes, elles permettent de retirer les lunettes sans déranger la perruque. Lorsque la perruque cesse d’être à la mode, Scarlett innove en rallongeant les branches et en les courbant aux extrémités de façon qu’elles se fixent derrière les oreilles : les lunettes modernes sont nées.
Au XIXe siècle, les lunettes se démocratisent, leur production en masse grâce à la mécanisation supplante désormais la fabrication artisanale.
Au milieu des années 1950, l’arrivée du plastique permet aux créateurs de développer le design des lunettes, celle-ci deviennent un accessoire de mode.
Alors profite-en pour choisir les lunettes qui te vont de mieux parmi toute la variété qu’il existe de nos jours !

Source: Wikimedia Commons


Papa, dis moi, c’est quoi la différence entre un corsaire et un pirate ?

Allons nous replonger dans la série des Pirates des Caraïbes! Jack Sparrow, Black Pearl nous voilà ! Sens-tu l’appel du grand large ? 😉
Sais-tu que, qu’outre être des personnages d’un film de Disney, les pirates et les corsaires ont vraiment existé ?
Le mot pirate vient à la fois d’un mot grec signifiant « tenter sa chance à l’aventure » et d’un mot latin signifiant « qui tente la fortune ». C’est au Moyen-Âge qu’il désigne essentiellement des bandits qui parcourent les mers pour piller les navires marchands. Toutes les civilisations ayant possédé une marine ont connu la piraterie, la mer étant un espace libre où règne la loi du plus fort.

1024px-Jack_Sparrow_-_Johnny_Depp_(Madame_Tussauds)

Quelle est la différence alors entre un pirate et un corsaire ?
Et bien, ce n’est pas la même chose, un pirate est un hors-la-loi, il attaque et pille pour son propre compte. N’obéissant à personne, si il se fait prendre, il est souvent pendu haut et court!
Le corsaire, lui, est considéré comme faisant partie de la force militaire d’un pays. Il a l’autorisation du roi pour attaquer les ennemis du Royaume. Il se doivent de rendre des comptes au roi. Ils disposent de ce qu’on appelle une lettre de marque, qui, si ils se font attrapé, leur sert à éviter la corde.
Tu entends aussi souvent le terme de boucaniers, mais qui étaient-ils ? Et bien certains pirates qui sévissaient dans la mer des Caraïbes étaient parfois appelés boucaniers. Aventuriers ou déserteurs des différentes nations européennes, ils s’occupaient surtout du ravitaillement en viande fumée (boucanées d’où leur nom) des équipages de passage.
On parle aussi de flibustiers, dérivé d’un mot néerlandais signifiant « qui fait du butin ». Ce terme apparaît dans la piraterie lorsque les Hollandais avaient armé des navires corsaires pour lutter contre la domination de l’Espagne. Les Espagnols ne les considéraient pas comme des corsaires, alors que les alliés Hollandais oui. Ils étaient donc à mi-chemin entre les corsaires (ils se louaient en tant que tel en temps de guerre), les marins de commerce, ou bien les pirates selon les opportunités qui s’offraient à eux.
Si la vie des pirates t’intéresse, tu peux toujours te plonger avec délice dans la lecture du très bon livre l’île au trésor de Robert Louis Stevenson, et à toi les aventures sur la mer!

Source: Wikimedia Commons