Papa, dis moi…

Papa, dis-moi pourquoi les orties piquent ?

Quand on rencontre une ortie, le premier contact est disons assez piquant. On en ressort avec des démangeaisons, alors que si on avait rencontré une paquerette, cela n’aurait pas été le cas. Pourquoi ? Revenons sur cette rencontre. A peine l’effleurement fait entre notre peau et la tige ou les feuilles de l’ortie que des cloques rouges apparaissent. Pour la couleur des cloques, cela est dû au fait que le sang arrive dans la cloque.

Si on regarde d’un peu plus près l’ortie, celle-ci est entièrement recouverte de petits poils. Ces poils sont là pour protéger la plante. Chacun de ces poils se finit par une pointe en silice qui permet au dard de se planter comme une aiguille dans la peau. Chaque pointe en silice est coiffée d’une ampoule contenant un liquide urticant qui se brise comme du verre au moindre frottement. Ce liquide est composé principalement de deux composants :

  • l’acide formique, que l’on retrouve aussi dans le dard des abeilles et dans celui d’autres insectes, comme les fourmis (d’où le nom “acide formique”) ;
  • l’histamine qui cause les rougeurs, sensations de brûlure et autres sensations de démangeaisons.

Malgré le côté urticant de l’ortie, cette plante a aussi de nombreux côtés car c’est une source importante de vitamines. Les hommes et de nombreux animaux s’en servent de nourriture. On peut aussi l’utiliser comme engrais car elle est riche en sels minéraux et oligoéléments, ou dans le textile car elle est composée de longues fibres, mais aussi comme plante médicinale car elle est riche en fer, calcium, magnésium, potassium et phosphore. La technique pour la cueillir sans rien risquer est de pincer la tige de l’ortie (pour la plupart d’entre elles) à base et de tirer fermement. Mais bon pour éviter toutes démangeaisons, on vous recommande une paire de gants.

Papa, dis-moi pourquoi les orties piquent

Source : Wikimedia Commons

Laisser un commentaire

Commentaire :