Papa, dis moi…

Papa, dis-moi pourquoi met-on des lunettes pour voir un film en 3D ?

Excellente question ! D’abord, qu’est ce que la 3D ? Aussi appelée trois dimension ou tridimensionnel, c’est ce qui caractérise l’espace qui nous entoure, tel que perçu par notre vision. En effet, tout ce qui est autour de toi, tu peux le définir en terme de largeur, hauteur et profondeur. Pour t’aider, visualise un cube.

Au cinéma, on essaye de plus en plus de reconstituer la sensation naturelle de vision en relief de l’oeil humain. Comment fonctionne notre vision ? Il faut savoir que nos deux yeux sont distants de 65 mm environ et de ce fait, n’enregistrent pas la même image. Les images ainsi reçues au fond de l’oeil sur la rétine, sont assemblées par notre cerveau pour donner la perception d’une seule image. Néanmoins, nous ne sommes pas tous égaux devant la 3D, il existe des personnes souffrant de troubles de la vision, comme le strabisme ou la myopie, qui ne la perçoive pas bien. Cependant, comme tout organe, les yeux et leurs muscles peuvent travailler, et avec certains exercices on peut habituer nos yeux à voir la 3D.

Nous devons également tenir compte du phénomène de la persistance rétinienne, c’est à dire que les images restent un certain laps de temps sur la rétine. On se sert de ce principe pour avoir l’impression du mouvement, en fait quand tu regardes un film au cinéma, tu as 24 images par seconde qui passent devant tes yeux. Tu peux d’ailleurs faire une expérience toute simple avec un crayon papier et un cahier, c’est ce que l’on appelle un folioscope: utilise le coin d’un cahier et dessine un personnage en mouvement, en décomposant bien image par image son mouvement, fait ensuite défiler les pages très vite et tu verras ton personnage s’animer devant tes yeux.

Et où intervient la 3D alors ? Voici une vidéo diffusée sur Arte dans l’émission le Truc qui l’explique très bien:

Emission Le Truc – Les images en relief – vidéo Arte TV

Le principe de l’image 3D consiste à leurrer notre cerveau, en utilisant le principe de la stéréoscopie, pour lui donner l’illusion de perception de deux images dissociées, afin qu’il reconstitue le relief. Pour ce faire, c’est simple, les images sont filmées simultanément avec deux objectifs, placées au même écart que les yeux.

C’est ensuite là qu’interviennent les lunettes, il existe trois types de techniques: La plus ancienne technique est appelé anaglyphe, les lunettes ont pour fonction de filtrer et ne laisser passer qu’une seule des deux images. Elle repose sur l’utilisation de filtres de couleurs complémentaires. L’image droite est rouge, l’image gauche est bleue. Tu as déjà dû voir ces lunettes dont l’oeil droit est route et donc l’oeil gauche est bleu ? Le résultat est que chaque oeil ne voit plus qu’une seule des deux images.Cette technique n’offre pas un rendu optimal en ce qui concerne la résolution des images et la restitution des couleurs. La projection passive ou polarisante est une autre technique, c’est la technique la plus utilisée aujourd’hui. Devant l’objectif du projecteur numérique, un boîter est rajouté afin de polariser en inverse les images pour l’œil droit et l’œil gauche. Les lunettes polarisantes ont pour rôle que chaque œil ne reçoit que les images qui lui sont destinées. Cette technique nécessite l’emploi d’un écran métallisé ou argenté, afin de conserver la polarisation de la lumière réfléchie. La projection active ou alternée est moins utilisée mais tend à remplacer progressivement la projection passive. On ne projette plus les images associées à chaque œil simultanément mais alternativement. Pour trier les images, les lunettes entrent en synchronisation avec l’écran de cinéma, et chaque verre se ferme et s’ouvre alternativement, jusqu’à plusieurs centaines de fois par seconde.

Peut être qu’un jour nous n’aurons plus besoin de lunettes pour voir les films en 3D au cinéma. On peux le penser avec l’arrivée des téléviseurs 3D sans lunettes ou téléviseurs auto-stéréoscopique, car là c’est directement l’écran qui affiche l’effet relief.

Source : Wikimedia Commons

Laisser un commentaire

Commentaire :